Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Irak: dates-clés depuis la chute de Saddam Hussein

L'Irak, où des insurgés ont pris mardi le contrôle de la province de Ninive (nord) y compris Mossoul, deuxième ville du pays, n'a pas connu de répit depuis l'intervention militaire menée par les Etats-Unis et la chute de Saddam Hussein en 2003.

2003

- 9 avr: chute du président Saddam Hussein avec l'entrée à Bagdad des soldats américains, depuis le 20 mars en Irak dans le cadre d'une intervention militaire américano-britannique.

- 1er mai: le président américain George W. Bush déclare la "fin des combats" mais poursuit la "guerre contre le terrorisme".

- 13 déc: Saddam Hussein capturé près de Tikrit, au nord de Bagdad. Il sera pendu le 30 décembre 2006.

2004

- 28 juin: transfert du pouvoir au gouvernement irakien.

2005

- 30 jan: premières élections multipartites depuis plus de cinquante ans, boycottées par les sunnites.

- 6 avr: le Kurde Jalal Talabani élu président. Il sera réélu en 2006.

- 15 oct: adoption par référendum d'une nouvelle Constitution fédéraliste consacrant l'autonomie du Kurdistan irakien.

- 15 déc: l'Alliance unifiée irakienne (chiite) gagne les législatives.

2006

- 22 fév: le dynamitage d'un mausolée chiite à Samarra (au nord de Bagdad) ouvre un conflit confessionnel qui tuera des dizaines de milliers de personnes en 2006-2008 et ressurgit en force depuis avril 2013.

- 20 mai: le chiite Nouri al-Maliki forme un gouvernement d'union nationale, premier gouvernement permanent de l'après-guerre.

2007

- 14 août: plus de 400 morts dans les attentats les plus meurtriers depuis 2003, menés contre une minorité religieuse kurde dans la province de Ninive.

2010

- 7 mars: élections législatives sans réelle majorité. M. Maliki est chargé le 21 décembre de former un gouvernement.

2011

- 22 mai: fin de la présence militaire britannique

- 18 déc: départ des derniers soldats américains

- 19 déc: crise politique ouverte entre M. Maliki et le bloc Iraqiya, laïque et soutenu par les sunnites.

2012

- 23 déc: début d'importantes manifestations anti-Maliki dans plusieurs provinces,notamment Al-Anbar (ouest)

2013

- 23 avr: un campement de manifestants sunnites démantelé près de Houweijah (nord). Plus de 240 morts en une semaine.

- 10 août: plus de 70 morts dans des attaques coordonnées revendiquées par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Selon l'ONG Iraq Body Count, l'année 2013 a été la plus meurtrière depuis cinq ans (9.475 civils tués).

2014

-2-4 jan: dans la province d'Al-Anbar frontalière de la Syrie, des jihadistes de l'EIIL et des membres de tribus hostiles au gouvernement prennent Fallouja, à moins de 100 km de Bagdad, et des quartiers de Ramadi. Selon l'ONU, près de 500.000 Irakiens fuiront les combats en six mois.

- 30 avr: la coalition de M. Maliki en tête mais sans majorité claire aux législatives, premières élections générales depuis le départ des troupes américaines.

- 28 mai: jour le plus sanglant depuis plus de sept mois avec une série d'attaques (74 morts), notamment à Mossoul dans la province de Ninive.

- 10 juin: les jihadistes prennent pour la première fois une province entière, celle de Ninive. Le gouvernement décide d'armer les citoyens prêts à combattre les insurgés.

doc/lch/feb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.