Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des jeunes veulent relancer le débat sur la souveraineté

Les jeunes indépendantistes refusent que l'étiquette fédéraliste soit accolée à l'ensemble de leur génération.

« Il n'y a rien de mieux que de mettre les jeunes dans une petite boîte avec une étiquette pour les faire sortir. (...) Il n'y a rien de mieux, en fait, que de leur dire non pour qu'au contraire, ils commencent à se poser des questions », a analysé la candidate péquiste défaite Martine Desjardins.

Comme la vingtaine de jeunes indépendantistes qui l'entouraient, mardi matin, Mme Desjardins a été « piquée au vif » par les résultats d'un sondage CROP-La Presse témoignant d'un désintérêt massif face à l'option souverainiste auprès des jeunes de 18 à 24 ans.

« Ce n'est pas vrai que je vais tolérer qu'on mette une étiquette sur ma génération », a martelé l'ancienne leader étudiante âgée de 32 ans.

Son ancien compagnon d'armes, Léo Bureau-Blouin, estime pour sa part que l'on doit « décomplexer » le discours souverainiste et cesser d'en parler uniquement dans une perspective référendaire, ce qui, d'après son analyse, a contribué à la débâcle électorale du Parti québécois (PQ) le 7 avril dernier.

À ses yeux, la souveraineté du Québec est tout aussi pertinente de nos jours qu'il y a quelques décennies. Et la sortie d'aujourd'hui donne le ton à la campagne de séduction que les jeunes indépendantistes souhaitent déployer pour renverser la vapeur.

« Nous avons quatre ans, à partir d'aujourd'hui, d'ici les prochaines élections, pour imposer ce thème de la souveraineté, imposer ce thème de liberté d'un pays nouveau, de nouvelles institutions démocratiques », a-t-il lancé, se disant convaincu de pouvoir « faire mentir les pronostics » et les sondages.

Alexandre Leduc, qui s'est présenté sous la bannière de Québec solidaire lors des deux dernières campagnes électorales, a quant à lui suggéré l'idée d'une coalition souverainiste afin de promouvoir l'option.

« Regardez-nous bien aller », a pour sa part résumé le président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Maxime Laporte.

Selon le coup de sonde publié lundi dans La Presse, 69 % des 500 répondants âgés de 18 à 24 ans auraient voté non à un référendum sur la souveraineté. La collecte de données a été faite en ligne entre le 9 et le 20 mai 2014.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.