Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un blogueur d'opposition emprisonné en Azerbaïdjan

La justice de l'Azerbaïdjan a condamné mardi un influent blogueur proopposition à cinq ans et demi de prison, dernière condamnation en date d'un opposant au président Ilham Aliev dans ce petit pays du Caucase critiqué pour ses manquements aux droits de l'homme.

Abdul Abilov, connu pour ses positions critiques envers l'administration du président Ilham Aliev, "a été reconnu coupable de détention de stupéfiants et condamné à cinq ans et demi de prison", a déclaré à l'AFP son avocat Khalid Bagirov.

Ce blogueur de 31 ans clame que "l'héroïne qui a été trouvée dans sa poche et dans son appartement y a en réalité été placée par la police", a-t-il ajouté.

L'Azerbaïdjan, petit pays du Caucase riche en hydrocarbures, est régulièrement critiqué par les ONG locales et internationales, qui dénoncent un renforcement de la répression contre l'opposition depuis la réélection de M. Aliev l'année dernière.

L'ONG Human Right Watch accuse notamment le pouvoir azerbaïdjanais d'avoir recours à de fausses accusations de détention de stupéfiants pour faire taire les voix critiques.

Les journalistes et les militants affirment également qu'ils subissent régulièrement pressions et harcèlement de la part des autorités, ce que ces dernières démentent.

La justice du pays avait déjà condamné lundi à de la prison ferme le président d'un groupe d'observateurs électoraux qui avait dénoncé des fraudes lors la présidentielle de 2013.

Ilham Aliev est devenu président de l'Azerbaïdjan en 2003 au terme d'une élection contestée après la mort de son père, Heidar Aliev, un ancien officier du KGB qui avait dirigé l'Azerbaïdjan presque sans interruption depuis 1969.

eg-im-pop/edy/jh

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.