Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Roland-Garros - Avec Li Na, les vainqueurs en Australie ont disparu

Avec l'élimination complètement inattendue mardi de la Chinoise Li Na, N.2 mondiale, surprise par la jeune Française Kristina Mladenovic, Roland-Garros a perdu d'entrée les deux derniers vainqueurs de l'Open d'Australie.

Lundi, le Suisse Stanislas Wawrinka, N.3 mondial, sacré à Melbourne en janvier en même temps que la Chinoise, avait subi un sort identique (6-4, 5-7, 6-2, 6-0) contre l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez (41e).

C'est tout simplement la première fois dans l'histoire que deux tenants d'un titre en Grand Chelem sont éliminés d'entrée lors du Majeur suivant. La dernière joueuse victorieuse en Australie à s'être inclinée au premier tour à Paris était l'Américaine Lindsay Davenport en 2000.

Li Na, sacrée à Roland-Garros en 2011, a vécu un mauvais rêve, s'inclinant sans discussion possible (7-5, 3-6, 6-1) devant une joueuse qui n'a pas surjoué, mais simplement enfin exploité son énorme potentiel.

Ancienne championne junior à Roland-Garros en 2009 et finaliste junior à Wimbledon la même année, Mladenovic incarne à 21 ans l'avenir du tennis féminin français, avec Caroline Garcia, éliminée sèchement (6-1, 6-3) par la Serbe Ana Ivanovic, tête de série N.11.

Elle avait jusqu'alors eu du mal à répondre aux espoirs placés en elle, malgré quelques coups d'éclats sporadiques. Mais mardi, elle a donné un aperçu de son talent, en montrant beaucoup d'assurance pour obtenir cette victoire.

La surprise est d'autant plus grande que la Française n'était pas au mieux ces derniers mois. Encore 36e mondiale en août 2013, elle avait plongé jusqu'à la 103e place au dernier classement WTA, après un début de saison catastrophique.

Avant d'arriver à Paris, elle n'avait gagné que quatre matches (hors qualifications) et sa dernière victoire dans le tableau principal d'un tournoi WTA remontait à la fin mars, à Monterrey.

"C'est juste incroyable, je n'ai pas de mots pour décrire ce qui s'est passé. Battre la N.2 mondiale ici au premier tour à Roland-Garros, c'est incroyable. Sans vous, je ne l'aurais pas fait", a-t-elle déclaré au public, très émue.

Li Na, qui restait sur deux éliminations en quart de finale à Madrid et Rome, s'est montrée très fragile sur son service, se faisant breaker cinq fois. Elle a aussi commis énormément de fautes directes (37).

"Je ne sais pas ce qui s'est passé. Honnêtement, quand je m'échauffais, je ne me sentais pourtant pas mal et quand je suis rentrée sur le court, je me sentais en bonne forme. Je n'étais sans doute pas suffisamment préparée", a expliqué la Chinoise.

"Pendant le match, je n'ai pas fait ce que j'aurais dû faire, notamment je n'ai pas respecté le plan de jeu qu'on avait mis en place", a-t-elle regretté. "Je ne savais pas comment jouer ce match."

Son élimination n'a pas été la seule surprise du jour. L'autre secousse, certes moins forte, a été la disparition de Grigor Dimitrov (N.11), impuissant (6-4, 7-5, 7-6 (7/4) face au service du géant croate croate Ivo Karlovic (37e).

On attendait beaucoup du Bulgare, âgé de 23 ans, qui avait été quart de finaliste en janvier à l'Open d'Australie. Egalement demi-finaliste à Rome, il faisait partie des joueurs de moins de 25 ans susceptibles de bouleverser la hiérarchie.

Mais il a connu le même destin qu'un autre membre de la jeune génération, le Japonais Kei Nishikori (N.9), lui aussi éliminé dès le premier tour lundi.

Sa sortie prématurée est une bonne nouvelle de plus pour Rafael Nadal, le N.1 mondial et octuple vainqueur à Paris, qui a vu son horizon singulièrement s'éclaircir en deux jours.

Wawrinka et Dimitrov figuraient tous les deux dans sa moitié de tableau, comme l'Espagnol Nicolas Almagro (N.21), l'un des trois joueurs à l'avoir battu en 2014 sur terre battue, contraint mardi à l'abandon.

Seuls deux joueurs, l'Espagnol David Ferrer (N.5), finaliste l'an passé, et le Britannique Andy Murray (N.7), qui ont passé sans encombres ce premier tour, paraissent désormais pouvoir constituer une vraie menace pour le Majorquin.

cyb/fbx

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.