Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nigeria/lycéennes enlevées: discussions entre l'ex-president Obasanjo et des intermédiaires de Boko Haram

L'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo a rencontré des intermédiaires de Boko Haram pour tenter de négocier la libération des quelque 200 lycéennes kidnappées par le groupe islamiste armé mi-avril, a indiqué mardi à l'AFP une source proche de ces pourparlers.

La rencontre s'est déroulée ce week-end dans la ferme de M. Obasanjo dans l'Etat d'Ogun (sud). L'ex-président, des proches de responsables de Boko Haram et des intermédiaires y ont participé, selon la même source, s'exprimant sous couvert d'anonymat.

"Le but de la rencontre était de négocier la libération des filles", a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

L'avocat Mustapha Zanna, proche de M. Obasanjo, a confirmé à l'AFP la rencontre, mais sans vouloir préciser le contenu des discussions. Le gouvernement, dont on ignore s'il est au courant de ces discussions, n'avait fait mardi après-midi aucun commentaire.

Olusegun Obasanjo, chef de l'Etat de 1999 à 2007, était proche de son successeur, l'actuel président Goodluck Jonathan, mais a depuis pris ses distances, critiquant durement sa gestion du pays et son échec à contenir l'insurrection islamiste de Boko Haram dans le nord-est du pays.

M. Jonathan avait exclu récemment tout échange de prisonniers --lycéennes contre islamistes détenus dans les prisons de l'Etat-- avec Boko Haram, une exigence du chef du groupe, Abubakar Shekau.

Le chef de l'état-major des forces armées nigérianes, le maréchal Alex Badeh, a affirmé lundi savoir où se trouvent les 223 adolescentes enlevées à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et toujours aux mains de Boko Haram. Il n'a donné aucune autre précision.

bs/phz/boc/de/hba

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.