Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Ukraine insatisfaite du plan de l'UE pour régler le conflit gazier avec la Russie (ministre)

L'Ukraine a indiqué mardi ne pas être satisfaite du plan de route proposé par l'Union européenne pour régler le conflit gazier entre Kiev et Moscou, réclamant des assurances sur une baisse des prix avant tout remboursement de sa dette.

"Ce que nous entendons maintenant, c'est vous payez et nous discuterons après", a déclaré le ministre ukrainien des Finances Oleksandr Chlapak.

"Cela ne nous convient pas", a ajouté le ministre ukrainien.

La veille, le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger avait indiqué à l'issue de négociations tripartites à Berlin voir "une bonne chance" d'arriver à un accord d'ici le 1er juin.

Après la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch en février et l'arrivée au pouvoir de nouvelles autorités pro-européennes, la Russie a mis fin aux réductions qu'elle accordait à l'Ukraine, portant le prix du gaz appliqué à cette ex-république soviétique à 485 dollars pour 1.000 mètres cube, l'un des plus élevés d'Europe.

Moscou a par ailleurs menacé de couper début juin le gaz à l'Ukraine si Kiev, exsangue financièrement et qui a accumulé des impayés vis-à-vis de Gazprom de plus de 3 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros), ne réglait pas les livraisons de juin à l'avance (1,66 milliard de dollars soit 1,2 milliard d'euros).

Selon le plan européen, les deux capitales ont jusqu'à mercredi soir pour accepter les termes d'un compromis qui verrait l'Ukraine payer dans un premier temps 2 milliards de dollars au fournisseur russe Gazprom. Ce paiement concernerait une partie des arriérés accumulés par l'Ukraine envers Gazprom, pour les livraisons impayées depuis novembre 2013.

S'il est validé des deux côtés et effectué à temps, les négociations reprendront vendredi sur le prix du gaz applicable aux livraisons futures.

Dans un deuxième temps, le groupe gazier ukrainien Naftogaz paierait 500 millions de dollars à Gazprom le 7 juin.

zak-edy/gmo/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.