Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'ex-femme du milliardaire russe Potanine réclame une partie de sa fortune

L'ex-femme du milliardaire russe Vladimir Potanine, Natalia, a saisi la justice de Chypre afin d'obtenir une partie de sa gigantesque fortune, selon son avocat cité mardi par la presse russe.

L'affaire rappelle le "divorce du siècle" impliquant un autre milliardaire russe, Dmitri Rybolovlev, dont l'ex-épouse Elena vient de se voir octroyer par un tribunal suisse la moitié de la fortune du propriétaire de l'AS Monaco, soit 4 milliards de francs suisses (3,3 milliards d'euros).

Le divorce de Vladimir Potanine, huitième fortune de Russie avec 12,6 milliards de dollars selon Forbes et directeur général du géant minier Norilsk Nickel, et de sa femme Natalia a été prononcé en février par un tribunal russe.

"Nous avons été contraints de saisir un tribunal chypriote pour que soient reconnus les droits (de Natalia Potanina, ndlr) sur les sociétés et les actifs enregistrés à Chypre", a expliqué l'avocat Filipp Riabtchenko au quotidien Vedomosti.

"Presque tous les biens de la famille de l'oligarque sont enregistrés via des sociétés offshore", a-t-il observé.

De nombreuses sociétés russes sont basées à Chypre en raison du régime fiscal très favorable de l'île méditerranéenne.

Selon le journal Kommersant, parmi les actifs concernés figurent la holding du milliardaire de 53 ans, Interros, ainsi que ses filiales qui contrôlent entre autres le géant minier Norilsk Nickel.

M. Riabtchenko a indiqué avoir demandé le gel des actifs en question, ce qui pourrait selon le journal Vedomosti perturber l'application du pacte d'actionnaires conclu fin 2012 entre les principaux propriétaires de Norilsk, M. Potanine et le milliardaire Oleg Deripaska.

Cet accord, censé mettre fin à des années de conflit à la tête du groupe, prévoit notamment que les sociétés de Vladimir Potanine et Oleg Deripaska détiennent respectivement 30,3% et 27,8% du groupe, mais certaines transactions n'ont pas encore été finalisées selon Vedomosti.

gmo/edy/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.