Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La coopération de l'Iran avec l'AIEA "progresse trop lentement", déplore Paris

La France juge que la coopération de Téhéran avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur une possible dimension militaire de son programme nucléaire progresse "trop lentement", a indiqué mardi le ministère des Affaires étrangères.

"La coopération avec l'AIEA sur la possible dimension militaire progresse trop lentement malgré les efforts répétés de l'Agence que nous saluons", a déploré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, lors d'un point-presse. "Des résultats concrets avant la conclusion éventuelle de l'accord de long terme sont indispensables. Davantage doit être fait d'ici juillet. Nous le rappellerons avec nos partenaires lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA qui s'ouvrira le 2 juin", a ajouté le porte-parole.

Le Conseil des gouverneurs de l'Agence est composé des délégués de 35 pays.

Du 16 au 20 juin à Vienne, se déroulera la cinquième session de négociations sur le nucléaire iranien du groupe des 5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU: Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie + Allemagne). Les parties tentent de conclure avant le 20 juillet un accord final, selon les termes d'un accord intérimaire conclu à Genève en novembre 2013, destiné à garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien et permettre la levée de toutes les sanctions internationales visant l'Iran.

Dans son rapport trimestriel publié le 23 mai, l'AIEA a observé que l'Iran avait, pour la première fois depuis 2008, apporté des informations répondant aux inquiétudes de la communauté internationale.

Ce rapport "montre que l'Iran respecte ses engagements au titre de l'accord de Genève conclu à l'automne 2013", a convenu le porte-parole du Quai d'Orsay. "C'est indispensable dans la perspective des discussions pour un accord de long terme entre les 6 et l'Iran. C'est un travail sérieux qui est engagé. Nous espérons qu'il va pouvoir aboutir", a dit Romain Nadal, sans vouloir se prononcer sur le fait que le délai du 20 juillet pourrait être tenu ou pas.

cr/prh/fw

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.