Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Interpol a émis une "notice rouge" contre un ex président équatorien, selon Quito

Interpol a émis une "notice" rouge, demande d'arrestation à des fins d'extradition, à l'encontre de l'ancien président de l'Equateur, Jamil Mahuad, poursuivi pour corruption et réfugié aux Etats-Unis, ont annoncé mardi les autorités équatoriennes.

Le gouvernement de Quito en avait fait la demande dès l'an dernier mais s'était heurté jusqu'ici à un refus, menaçant de remettre en question sa participation à l'organisme international de coopération policière.

"Nous avons réussi hier à convaincre Interpol de rectifier sa position", a déclaré le ministre équatorien de l'Interieur, Jose Serrano, en précisant qu'"à sa connaissance", l'ancien président se trouvait toujours aux Etats-Unis.

Poursuivi pour enrichissement personnel, M. Mahuad avait été renversé en janvier 2000 à la suite d'un grand mouvement de révolte indigène.

Il est soupçonné d'avoir procédé à des retraits de fonds, après avoir imposé un gel des dépôts en monnaie dans les banques pour faire face à une crise économique qui a conduit à la dollarisation de l'économie.

Après sa chute, l'ancien président s'était réfugié aux Etats-Unis, écartant jusqu'à présent l'idée d'un retour en Equateur, où le parquet a requis la peine de prison maximale, soit entre 8 et 12 ans, à son encontre.

SP/pz/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.