Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Inde: relancer la croissance et contenir l'inflation, priorités du ministre des Finances

Le nouveau ministre indien des Finances Arun Jaitley s'est engagé mardi à travailler à la relance de la croissance, la lutte contre l'inflation et l'amélioration des comptes publics, pour son premier jour à la tête des finances du pays.

Avocat réputé, proche du nouveau Premier ministre Narendra Modi, Jaitley a obtenu le plus important poste ministériel du gouvernement, cumulant les Finances, les entreprises et temporairement la Défense.

"J'arrive à un moment difficile, particulièrement parce qu'il faut ramener la confiance dans l'économie indienne", a dit Jaitley à des journalistes.

"Nous devons relancer la croissance, contenir l'inflation et évidemment nous concentrer sur la consolidation budgétaire", a-t-il ajouté, le ministre devant présenter son projet de budget en juillet.

Mais "le changement politique est en lui-même un message fort à la communauté internationale et aux investisseurs nationaux", a-t-il estimé.

La Bourse de Bombay a enchainé les records depuis plusieurs semaines, accélérant encore avec la large victoire du Bharatiya Janata Party (BJP) de Narendra Modi qui a obtenu la plus large majorité absolue pour un seul parti depuis 30 ans.

Modi est considéré comme favorable au monde des affaires et les investisseurs estiment que sa large victoire lui donne les coudées franches pour ses réformes.

Sur le plan macroéconomique, l'Inde est confrontée à une économie au ralenti, avec une croissance de 4,9% sur 2013/14, contre 9% il y a deux ans, et une inflation qui frôle les 9%.

Le manque criant d'infrastructures freine l'industrialisation et une loi a récemment rendu plus compliquée l'acquisition de terrains pour y construire des usines. Les entreprises déplorent en outre un code du travail rigide qui rend difficile l'embauche de nouveaux salariés.

Pour la banque japonaise Nomura, les capitaux étrangers vont affluer cette année, soutenus par les anticipations que le gouvernement "va poursuivre les réformes et l'Inde retrouver une trajectoire de croissance plus forte à moyen terme".

Jaitley "a un travail difficile, il hérite d'une économie qui a perdu son rythme, mais sa nomination devrait ramener la confiance des investisseurs, il a une solide expérience et a une pensée claire", estime de son côté l'économiste de Yes Bank Shubhada Rao.

Le nouveau ministre a entamé son mandat par une rencontre avec le gouverneur de la banque centrale indienne Raghuram Rajam, qui a relevé les taux trois fois depuis sa prise de fonction en septembre.

Cette décision lui avait valu les critiques du BJP qui estimait qu'une telle politique freinait la relance de la croissance.

tha-pmc/ef/mr

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.