Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Gros fumeur, gros buveur, nul en informatique: Nigel Farage vu par sa femme

Le chef de l'Ukip Nigel Farage, abondamment photographié au pub une pinte à la main surtout depuis sa victoire aux Européennes, "fume trop, boit trop" et ne dort pas assez, s'inquiète sa femme Kirsten, dans une interview sans précédent publiée mardi.

Dans cet entretien au Daily Telegraph, l'épouse allemande du chef du parti anti-UE, décrit aussi son mari comme nul en informatique et le défend contre les accusations de racisme portées à son encontre.

"Il a un train de vie trépidant. Il ne dort pas beaucoup, il ne se repose pas beaucoup, il tient à l'adrénaline, il ne prend pas de repas réguliers, et là je me mets à parler comme sa mère, il fume et il boit trop", confie-t-elle au journal.

Mais il sait aussi se détendre quand il rentre chez lui, tondre la pelouse et sortir les poubelles, d'après elle. "Il aime pêcher, il aime marcher", et ne regarde pas beaucoup la télé.

Kirsten Farage justifie aussi son salaire de secrétaire pour son mari, qui est selon elle incapable de se débrouiller en informatique.

"Il a un téléphone complètement désuet. Il peut juste envoyer et recevoir des textos, c'est tout. Si je lui dit de s'asseoir pour lire quelque chose, il peut faire défiler le texte en haut et en bas, il a appris comment faire, mais c'est à peu près tout", dit-elle.

Cette ancienne trader à la City, qui est née et a grandi en Allemagne, a par ailleurs récusé les accusations de racisme portées à l'encontre de son mari.

"Cela lui fait mal de subir des attaques personnelles mais moi, elles ne me dérangent pas parce que je sais qu'il n'est pas raciste", affirme-t-elle.

Nigel Farage, dont les deux filles parlent allemand et anglais, avait déclenché la polémique avant les élections européennes en se déclarant "mal à l'aise" de n'entendre parler que des langues étrangères dans le train.

Anti-immigration, il s'est aussi attiré de nombreuses critiques en disant comprendre l'inquiétude des Britanniques ayant des Roumains comme nouveaux voisins, avant de s'excuser, mettant cette remarque sur le compte de la fatigue occasionnée par la campagne électorale.

alm/dh/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.