Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

En Europe, des drogues de plus en plus nocives (rapport européen)

Les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives pour la santé, souligne l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans son rapport annuel rendu public mardi à Lisbonne.

Alors que le nombre de décès par overdose est en baisse en Europe, certains pays (Estonie, Norvège, Irlande, Suède et Finlande) ont au contraire accusé une hausse préoccupante des décès par surdose.

De même, si l'on observe une tendance générale à la baisse des infections au VIH imputable à l'usage de drogue, "des flambées épidémiques de VIH" chez les toxicomanes en Grèce et en Roumanie et des "problèmes persistants" dans certains pays baltes "compromettent le recul à long terme du nombre de nouveaux cas de VIH en Europe".

En outre, de "nouvelles substances psychoactives" de synthèse, non réglementées parce qu'insuffisamment connues, "apparaissent sans cesse sur le marché de la drogue". Produites dans des laboratoires clandestins européens ou importées de Chine et d'Inde, elles sont souvent vendues sur internet et ont pour but d'imiter, voire de remplacer les drogues réglementées.

En 2013, 81 nouvelles drogues ont été détectées par le système d'alerte précoce européen (EWS), qui au total, surveille plus de 350 substances psychoactives, régulièrement soupçonnées d'intoxications ou de décès. Mais leurs effets très puissants ne nécessitent parfois que de faibles concentrations dans le sang et les rendent quasi indétectables en cas de décès.

L'héroïne, dont la consommation est en déclin, est toujours impliquée dans de nombreux cas de surdose, mais le taux de décès liés à cette drogue est de manière générale en baisse. A l'inverse, le taux de mortalité lié aux opiacés de synthèse qui la remplacent est en hausse dans certains pays.

L'OEDT note également pour le cannabis, drogue la plus consommée en Europe, une hausse de la teneur en principe actif (le THC), et l'émergence de produits de synthèse analogues au cannabis (cannabinoïdes), qui peuvent être "extrêmement puissants".

Autre inquiétude, la réémergence de poudre et pilules d'ecstasy très fortement dosées dans plusieurs pays européen, et l'expansion en Allemagne, Grèce, Chypre, Lettonie et Turquie de l'usage de méthamphétamine, jusqu'alors limité à la République Tchèque et la Slovaquie.

caz/via/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.