Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dans des gares roumaines, des plaques pour commémorer les Juifs déportés par Horthy

Des plaques à la mémoire des Juifs déportés en 1944 de Transylvanie, région du nord-ouest de la Roumanie cédée à la Hongrie de Miklos Horthy en 1940, ont été érigées dans plusieurs gares roumaines, a-t-on appris mardi de source officielle.

"Il s'agit d'un hommage à la mémoire des quelque 132.000 Juifs de la Transylvanie du nord morts à Auschwitz, le premier geste officiel de l'Etat roumain à leur égard depuis 70 ans", a déclaré à l'AFP Alexandru Florian, le directeur de l'Institut Elie Wiesel pour l'étude de l'Holocauste en Roumanie, à l'origine de cette initiative.

Au total 11 plaques seront installées d'ici le 3 juin dans autant de gares de Transylvanie, théâtre en 1944 de la déportation de 80% des Juifs de cette région.

"En mai et juin 1944, 131.639 Juifs --hommes, femmes et enfants-- du nord de la Transylvanie, placée sous l'occupation fasciste du régime Horthy, ont été déportés par la gendarmerie hongroise et remis aux autorités nazies. Quasiment tous ont été exterminés", peut-on lire sur l'une de ces plaques.

"Que la mémoire de cette tragédie reste vive, comme un avertissement pour les générations futures", poursuit ce texte.

Selon le rapport d'une commission internationale d'historiens dirigée par le Prix Nobel de la Paix Elie Wiesel, les Juifs du nord de la Transylvanie ont été rassemblés dans des ghettos à partir du 3 mai 1944, avant d'être embarqués dans des trains, moins de deux semaines plus tard.

"Chaque train transportait 3.000 Juifs, entassés dans des wagons de marchandises, à raison de 70 à 80 par wagon", indique ce rapport, décrivant la brutalité des gendarmes lors d'une opération "minutieusement préparée".

Selon ce texte, entre 280.000 et 380.000 Juifs roumains et ukrainiens sont par ailleurs morts sous le régime du maréchal pro-nazi roumain Ion Antonescu dans les territoires contrôlés par la Roumanie.

mr/mr

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.