Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Chaque clic a fait la différence» - mère du bébé enlevé et retrouvé

C'est en ces mots que la mère de la petite Victoria, enlevée puis retrouvée trois heures plus tard grâce à la diffusion d'informations sur les réseaux sociaux, explique comment sa fille a été sauvée.

Dans un message publié sur Facebook, Mélissa McMahon souligne le rôle primordial qu'ont tenu les réseaux sociaux dans toute l'opération qui a permis de retrouver son bébé âgé d'un jour, enlevé à l'hôpital par une femme qui s'était déguisée en infirmière.

L'histoire a touché instantanément la population québécoise, qui a massivement relayé toutes les informations transmises par les autorités et les médias sur différentes plateformes, comme Facebook et Twitter.

Et c'est grâce aux informations vues sur Facebook qu'un groupe de quatre jeunes a réussi à identifier la suspecte, qui a ensuite pu être arrêtée par les policiers.

« Tout le Québec nous a envoyé son appui et, trois heures plus tard, nous avons vécu le plus beau moment de notre vie... je n'osais même pas imaginer une fin aussi parfaite », a écrit la mère du nourrisson.

Elle court dehors pour chercher son bébé

Si, au lendemain de l'événement, certains se posent des questions sur la sécurité dans les hôpitaux, la mère de Victoria remercie de son côté le personnel et la direction de l'hôpital Sainte-Marie de Trois-Rivières pour leur soutien. « Vous avez vécu cette terrible histoire avec nous », relève-t-elle.

La mère explique que le personnel a été « très alerte », ce qui lui a permis de réaliser rapidement, en moins d'une minute, que son bébé avait été enlevé. « J'ai couru vers la sortie de l'hôpital et encore là, de nombreux patients et visiteurs m'ont porté secours et nous ont transmis des informations rapidement sur la femme ainsi que sur son véhicule », relate Mélissa McMahon, avant d'adresser des remerciements à tous ces gens.

Elle remercie ensuite les gardiens de sécurité qui ont rapidement trouvé une photo de la suspecte avec l'aide des policiers.

« La photo a sauvé notre fille! En moins d'une heure, la photo était partout.... Vous avez été plusieurs milliers de personnes à partager la photo de cette femme sur les réseaux sociaux, et ce, sans relâche. Sachez que c'est ce qui l'a sauvée, notre petite Victoria. Chaque clic, chaque partage a fait la différence. » — Mélissa McMahon

Le récit des événements par une jeune héroïne

« Quatre merveilleuses personnes, que nous avons eu la chance de rencontrer, ont identifié cette femme grâce à Facebook. C'est la seule raison qui explique pourquoi Victoria est dans mes bras en ce moment », souligne Mélissa McMahon dans son message sur Facebook.

De jeunes gens se réveillent en effet en héros, ce matin. En entrevue à RDI, la jeune Mélizanne Bergeron a expliqué comment elle et ses trois amis ont pu identifier la suspecte.

« On n'avait rien à faire. On était sur les réseaux sociaux, sur Facebook, et on a vu tout de suite que la nouvelle se propageait très rapidement. En voyant ça, nous, on s'est sentis interpellés », se souvient la jeune fille.

Comme les recherches étaient commencées depuis peu et que le groupe habitait les environs, ils décident alors de partir à la recherche d'une voiture rouge, telle qu'identifiée par les autorités.

En route vers le centre hospitalier, Mélizanne Bergeron regarde sur son téléphone intelligent et voit la photo de la suspecte. Elle montre la photo à son amie, qui dit reconnaître son ancienne voisine. Une autre amie croit aussi la reconnaître. Les amis se dirigent donc vers le bloc d'appartements, situé à proximité, ne réalisant pas encore qu'ils allaient mener les policiers à la suspecte.

« Tout de suite, on est allés dans le stationnement, on a vu la voiture rouge avec l'autocollant "bébé à bord". À partir de ce moment-là, on a appelé la police, parce que c'était sûr que c'était là dans le fond », précise l'adolescente.

Une des jeunes filles se dirige vers l'appartement pour voir s'il y a « des signes de vie ». Elle dit entendre un robinet couler. De son côté, Mélizanne Bergeron raconte qu'elle transmet le numéro de plaque d'immatriculation aux policiers, qui peuvent identifier la suspecte.

Arrivés sur les lieux, les policiers défoncent la porte de l'appartement, où ils trouvent la suspecte et l'enfant. « Le bébé est descendu 30 secondes après dans les bras d'un policier », décrit la jeune fille.

« Ce sont vraiment les réseaux sociaux qui nous ont permis d'identifier tout ça. » — Mélizanne Bergeron

« Je suis vraiment soulagée, c'est l'émotion qui ressort le plus. On est fiers. Encore un peu sur le stress, ça a quand même été difficile, ce qu'on a vécu là-bas », conclut Mélizanne Bergeron. Avec ses amis, elle a pu rencontrer les heureux parents peu après que leur enfant leur eut été rendue.

Un message aux autres parents

En conclusion de son message sur Facebook, Mélissa McMahon lance un message aux autres mères.

« Ne vous laissez jamais influencer par un uniforme... Je sais que ça peut paraître anodin, mais si je m'étais méfiée plus, tout ça aurait été évité... Vérifiez le badge de l'infirmière... posez des questions... c'est votre enfant, ne le quittez pas des yeux. Je ne voudrais pas que quelqu'un d'autre vive cela... », dit-elle.

Elle souligne finalement qu'avec cette victoire, la petite Victoria porte certainement très bien son nom.

INOLTRE SU HUFFPOST

Enfants portés disparus au Québec

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.