Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Turquie/troubles: La police arrête 20 personnes dans des raids à Istanbul

La police turque a mené tôt lundi des raids dans trois quartiers d'Istanbul, dont l'un a été le théâtre la semaine dernière de violents affrontements, arrêtant 20 personnes, ont rapporté les médias.

Des unités anti-terroriste de la police, appuyées par des hélicoptères, ont bouclé le quartier d'Okmeydani et interpellé des personnes soupçonnées d'implication dans les violences qui ont coûté la vie à deux personnes, selon les chaînes d'information CNN-Türk et NTV.

L'agence officielle Anatolie a indiqué que des bombes incendiaires ont été saisies lors de la descente.

Des raids similaires ont été effectués dans deux autres quartiers de la ville dans le cadre de cette vaste opération.

De violentes heurts ont opposé la police à des manifestants la semaine dernière à Okmeydani, un quartier populaire abritant une forte communauté d'alévis, minorité musulmane, et réputé pour son militantisme d'extrême gauche et kurde.

Les manifestants entendaient protester contre la mort dans un accident survenu le 6 mai dans l'ouest de la Turquie de 301 mineurs turcs et celui d'un jeune de 15 ans, originaire de ce quartier, lors des manifestations antigouvernementales de l'été 2013.

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, qui a défendu les actions de la police, a qualifié les manifestants de "terroristes".

Les alevis, un groupe musulman hétérodoxe et progressiste, sont très attachés à la laïcité, mais l'Etat turc n'a jamais reconnu leur confession, pratiquant la discrimination à l'encontre d'une communauté qui représente environ un quart de la population de 76 millions d'habitants à majorité sunnite.

BA/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.