Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Reprise des négociations pour mettre fin à la grève du platine en Afrique du Sud

Les négociations ont repris lundi pour tenter de mettre fin à la longue grève qui touche depuis janvier les principaux producteurs de platine d'Afrique du Sud, a indiqué une porte-parole des employeurs.

"Les discussions vont continuer aujourd'hui" (lundi), a indiqué à l'AFP Charmane Russell, porte-parole des trois principaux producteurs mondiaux de platine affectés par la grève, Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Lonmin.

Les trois producteurs avaient fait savoir vendredi qu'aucun accord n'avait été trouvé à l'issue de trois jours de négociations à huis-clos menées sous l'égide d'un juge du tribunal du travail de Johannesburg.

Quelque 80.000 membres du syndicat radical Amcu ont cessé le travail le 23 janvier dans le bassin minier de Rustenburg (nord), capitale mondiale du platine.

Ils ont rejeté la proposition des compagnies de faire passer leurs salaires à 12.500 rands (875 euros) par mois, primes comprises, d'ici à janvier 2017. Ils réclament un salaire de base du même montant, mais primes non comprises.

Dans un lourd climat d'intimidations, les violences contre ceux qui ont choisi de reprendre le travail ont fait au moins cinq morts. Six ouvriers ont été agressés à la machette en se rendant à leur travail le 19 mai.

Les violences intersyndicales n'ont jamais cessé dans la "ceinture du platine" de Rustenburg depuis la vague de grèves sauvages des mines sud-africaines de 2012, restées dans les mémoires avec la fusillade de Marikana (nord), où la police a abattu 34 grévistes.

liu/tmo

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.