Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mondial-2014 - Belgique: Eden Hazard, un Mondial pour exploser

Eden Hazard s'est imposé comme le meilleur joueur de Chelsea cette saison et entend profiter du Mondial-2014 pour enfin exploser en équipe nationale belge où son bilan est toujours insuffisant.

Cinq buts et dix passes décisives en 43 sélections au 25 mai: les statistiques sont trop faméliques pour un joueur de son calibre.

Elu meilleur jeune de Premier League cette année, "Hazard fait aujourd'hui partie du gratin, des meilleurs joueurs de la planète, mais la Coupe du monde sera un vrai test", commentait récemment l'ancien attaquant Gary Lineker sur la BBC.

A 23 ans, Hazard fait déjà partie des leaders des Diables rouges qui comptent sur son talent pour créer la surprise cet été.

Depuis ses premiers pas footballistiques au Stade Brainois et au FC Tubize en Belgique, en passant par Lille (cinq saisons) pour arriver à Chelsea, Hazard a suivi une courbe ascendante.

"Même s'il y a parfois eu des frictions entre eux, José Mourinho en a fait un joueur du top, explique Chris Wheeler, journaliste au Daily Mail. Hazard a porté l'équipe sur ses épaules durant plusieurs mois cette saison."

Hazard n'a pas encore eu le même impact sur le jeu de la Belgique. Mais le sélectionneur Marc Wilmots est convaincu que "cela ne saurait tarder".

Les débuts d'Eden Hazard en équipe nationale n'ont pas été simples. Sélectionné pour la première fois en 2008, à 17 ans, l'ancien Lillois a tardé à s'imposer. Le sélectionneur de l'époque, Georges Leekens, ne lui accordait pas souvent sa confiance, estimant "qu'Eden ne travaillait pas assez".

Depuis l'arrivée de Wilmots à la tête des Diables Rouges en juin 2012, Hazard fait partie des cadres de l'équipe au même titre que Vincent Kompany et Axel Witsel.

Wilmots cherche toutefois encore la meilleure formule offensive pour tirer la quintessence de sa pépite. A l'instar de Mourinho à Chelsea, le coach des Diables se veut toutefois exigeant.

"Eden sait ce que j'attends de lui et que je ne tolère pas le moindre relâchement en match, explique l'entraîneur. Laisser tomber une fois un effort, c'est une fois de trop. Si un jour, je sens qu'il n'est pas dans cet état d'esprit-là, je me passerai de lui. Quitte à me mettre toute la Belgique à dos."

"Par ailleurs, il doit améliorer ses stats en équipe nationale. Là, il en est où ? À cinq buts, dont deux penaltys, en près de cinquante sélections... C'est bien trop peu. Moi, pourtant beaucoup moins doué que lui, j'en ai mis 29, hein, des buts! Eden, je l'adore, mais je lui demande d'être plus décisif", poursuit Wilmots.

En résumé, comme le souligne Paul Van Himst (toujours considéré comme le meilleur joueur belge de l'histoire), "Eden Hazard est un génie mais il doit le montrer davantage".

"Je suis conscient que je dois être plus efficace, concède Hazard. Et je crois avoir franchi un cap à ce niveau cette saison à Chelsea (17 buts et 8 passes décisives). Je dois maintenant en faire profiter les Diables."

Ce nouvel état d'esprit, plus conquérant, Hazard explique le doit à son équipier camerounais Samuel Eto'o.

"Avant chaque match à Chelsea, il me répétait sans cesse que je devais faire la différence. Il me disait: +Tu ne peux pas quitter le stade sans marquer+. A force de l'entendre, ça m'est rentré dans la tête", raconte Hazard.

"Avant, je me disais que j'allais juste jouer au foot. Désormais, je me dis que le foot, c'est aussi ça: toujours marquer, toujours montrer des choses !".

bnl/pga/sk

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.