Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Kerry appelle à la libération d'un Américain détenu en Iran depuis 1.000 jours

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a appelé lundi le gouvernement iranien à libérer Amir Hekmati, un ancien Marine emprisonné "injustement" en Iran depuis 1.000 jours.

"M. Hekmati a passé près de trois ans dans une prison iranienne pour de fausses accusations d'espionnage. Nous sommes très inquiets sur son état de santé en prison", plaide le secrétaire d'Etat américain dans un communiqué, rappelant qu'il avait été arrêté alors qu'il rendait visite à sa famille.

Arrêté en août 2011, Amir Hekmati a été reconnu coupable d'espionnage au profit de la CIA, l'agence américaine de renseignement, en dépit des démentis de Washington. Il a été condamné à mort en janvier 2012 mais sa peine a été annulée deux mois plus tard par la Cour suprême iranienne. Celle-ci l'a récemment commuée à dix ans de prison.

"La famille de M. Hekmati aux Etats-Unis souffre de son absence depuis trop longtemps (...). Nous demandons respectueusement au gouvernement de la République islamique d'Iran qu'il le libère pour qu'il puisse retrouver sa famille aux Etats-Unis", ajoute John Kerry en ce "Memorial Day", jour férié aux Etats-Unis dédié aux victimes militaires de conflits.

Des défenseurs et membres de la famille de l'ancien Marine s'étaient rassemblés lundi devant la Maison Blanche pour réclamer la libération d'Amir Hekmati.

"Il est important qu'Amir entende nos voix, qu'il sache que nous sommes tous avec lui", avait lancé pour sa part Dan Kildee, membre de la Chambre américaine des représentants, élu de la région du Michigan (nord) d'où est originaire Amir Hekmati.

Amir Hekmati, né aux Etats-Unis de parents iraniens, a servi dans les Marines américains puis comme consultant, en tant que traducteur.

mra/gde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.