Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

France: François Hollande poursuit sa "descente aux enfers" après le triomphe de l'extrême droite

Face à la victoire sans appel de l'extrême droite aux européennes en France, le président socialiste François Hollande, déjà très impopulaire, poursuit sa dégringolade et se retrouve plus fragilisé que jamais, à la fois en Europe et dans son propre camp.

A la veille d'un dîner des dirigeants européens à Bruxelles, le chef de l'Etat a tenu lundi une réunion de crise à l'Elysée pour tenter de tirer les leçons de cette nouvelle déroute électorale, deux mois après une première défaite des socialistes au pouvoir aux municipales.

Pour François Hollande, entouré de ses principaux ministres, il s'agit de tenter de limiter les dégâts et de convaincre les Français de la nécessité de poursuivre une politique largement sanctionnée.

Dès dimanche soir, l'Elysée a fait savoir que les leçons seraient "tirées" de cet "événement majeur".

"Séisme", "choc", "coup de tonnerre": l'émotion et la stupeur étaient à la Une lundi de la presse française, mais plusieurs éditorialistes et dirigeants politiques pointaient la responsabilité du chef de l'Etat.

"Pour François Hollande, la descente aux enfers continue", écrivait Le Figaro (droite) tandis que Libération (gauche) évoquait un "vote sanction" contre l'Europe, contre les partis de gouvernement, "mais aussi contre sa politique et sa personne".

"Le plus tragique c'est que le chef de l'Etat n'a plus de munitions", écrivait Libération, rappelant que M. Hollande a déjà "grillé celle du remaniement", en nommant Manuel Valls début avril à la tête du gouvernement, et en décidant in extremis un "geste fiscal" en faveur des plus modestes.

Sanction immédiate, seuls 11% des Français estiment que François Hollande ferait un bon candidat pour la présidentielle de 2017, selon un sondage Ipsos-Steria publié dimanche soir.

Déjà contesté par l'aile gauche de son parti, François Hollande risque de faire face à une fronde croissante au sein d'un Parti socialiste qui a enregistré dimanche son plus mauvais score à une élection européenne, à moins de 14% des suffrages.

"On est dans le désaveu à l'égard des politiques qui sont menées. Et, sur le plan électoral, dans la déroute", a ainsi jugé lundi le député socialiste Christian Paul, l'un des "41 frondeurs" qui avaient refusé de voter la confiance à Manuel Valls.

"La responsabilité du président de la République, c'est maintenant de changer de politique", en menant "une politique plus efficace et plus juste", a-t-il ajouté, à la veille d'une réunion du bureau politique du Partio socialiste qui s'annonce houleuse.

Manuel Valls a d'ores et déjà jugé lundi matin qu'il ne fallait pas changer de "feuille de route" et a demandé du "temps", excluant toute démission ou dissolution de l'Assemblée, réclamée par le Front national. Il s'est prononcé en faveur de nouvelles baisses d'impôt.

"Le quinquennat doit aller à son terme. Nous n'allons pas rajouter à la crise d'identité, la crise morale que la France traverse, en plus, le désordre par des élections, par un pays qui serait ingouvernable", a-t-il ajouté.

Avec 25% des voix, le Front national revendique le titre de "premier parti de France". A l'Assemblée nationale, il ne dispose toutefois que de deux sièges.

C'est "une crise nationale", une "crise quasi-présidentielle", a commenté l'ancien Premier ministre de droite Jean-Pierre Raffarin, dont le parti, l'UMP, semble lui aussi sonné par sa propre défaite, à quatre points derrière le Front national.

L'UMP est "atteinte dans sa crédibilité" et son "honneur", a ainsi déclaré dimanche soir l'ancien Premier ministre François Fillon.

Empêtré dans des soupçons de favoritisme à l'égard d'une société, Bygmalion, fondée par deux de ses amis, son président, Jean-François Copé, est sur la sellette et des règlements de compte sont annoncés lors du bureau politique du parti qui se tiendra mardi matin.

pol-alc/prh/phv

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.