Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Élections scolaires à la Commission scolaire de Montréal : le Mouvement pour une école moderne et ouverte dévoile ses candidats

La présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et du parti Mouvement pour une école moderne et ouverte (MÉMO), Catherine Harel-Bourdon, a présenté son équipe de candidats en vue des élections scolaires qui auront lieu le 2 novembre prochain, en plus d’exposer quelques-unes de ses priorités.

«La grande priorité doit toujours rester la réussite scolaire», a-t-elle lancé d’entrée de jeu en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

C’est en fin de semaine que le MÉMO a tenu son assemblée générale à l’école Pierre-Dupuy à Montréal. Pour l’occasion, le parti a procédé à l’investiture des treize candidats qui brigueront les suffrages lors du scrutin scolaire.

Sans surprise, Catherine Harel-Bourdon sollicite la présidence. Au poste de commissaire, le MÉMO présentera quatre nouveaux visages qui seront cependant accompagnés par quatre commissaires sortants et quatre autres récemment cooptés par le conseil des commissaires de Montréal.

Toutefois, ils sont tous «actifs et présents dans leur communauté», explique la présidente du MÉMO. «À 160 jours du vote, le compte à rebours est commencé et le MÉMO présente une équipe de candidats compétents et engagés pour assurer la réussite scolaire de nos élèves», a-t-elle dit.

Démocratie directe

Les dernières élections scolaires ont eu lieu en 2007 et devraient normalement être tenues tous les quatre ans. Or, en juin 2010, l’Assemblée nationale avait décidé de reporter l’élection de 2011 à une date ultérieure afin de permettre aux commissions scolaires de restructurer le système en place.

Parmi les défis on trouve celui du taux de participation aux élections, jugé très bas. En effet, selon les données du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) , 7,9 % de la population avait voté à l’élection de 2007, soit une diminution en comparaison à l'élection en 2003 où le taux a été de 8,4%.

Notons, par ailleurs, que le taux de participation dans les commissions scolaires anglophones a été de 16,7% à l’élection de 2007, contre 14,6% en 2003.

Pour la présidente de la CSDM, une des solutions pour améliorer le taux de participation serait de jumeler les élections scolaires avec les élections municipales. Elle estime «important» pour l’ensemble des parents d’avoir une démocratie scolaire afin de permettre une ligne directe avec les instances de la CSDM.

«Il y a un travail à faire au niveau de la valorisation du rôle des élus scolaires, pense la présidente de la CSDM. Ça reste quand même un gros débat. Je pense également qu’il y a une génération de parents comme la mienne, dans les trente ans, qui sont très impliqués», pense-t-elle.

«Lors de la présence campagne, on va tout faire pour valoriser ce palier de la démocratique, explique la présidente. C’est important d’avoir une représentativité et mes candidats vont être très présents sur le terrain.»

L’école à faire rêver

Dans les prochaines années, la CSDM prévoit accueillir 10 000 nouveaux élèves qui s’ajouteront aux 112 000 déjà inscrits.

La CSDM prévoit donc, dit-elle, la construction de nouvelles écoles - notamment sur le terrain de l’ancien l'hippodrome de Montréal et dans le secteur de Namur-Jean-Talon - 20 projets d’agrandissements et le réaménagement d’immeubles en école.

Une bonne occasion, dit-elle, pour prévoir et penser à un design qui reflète l’école du 21 siècle.

En revanche, la présidente sortante rappelle que le financement de l’éducation publique sera au cœur des enjeux de la prochaine campagne. «On demande 640 millions depuis des années», a-t-elle lancé, indiquant que l’éducation a souvent souffert des coupures gouvernementales au fil des années.

INOLTRE SU HUFFPOST

Collations à consommer après l’école, pour des enfants heureux et en santé

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.