Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Brésil: Ronaldo pour Aecio Neves à la présidentielle et contre le gouvernement

Ronaldo, ancien joueur et actuel membre du Comité d'organisation du Mondial-2014, s'est engagé auprès du candidat Aecio Neves (PSDB, centre-gauche) à la présidentielle d'octobre au Brésil et a critiqué le gouvernement pour les retards dans les travaux d'infrastructures.

Evoquant une "amitié de 15 ans" avec cet opposant à la présidente Dilma Rousseff (PT, gauche), le "Fenômeno" déclare dans cet entretien au journal économique brésilien Valor publié lundi: "Nous avons toujours eu une amitié très forte et maintenant je vais le soutenir. C'est mon ami, je lui fais confiance et je pense qu'il représente un très bon choix pour faire changer notre pays".

Ronaldo avait déjà publié le 1er mai sur les réseaux sociaux une photo le montrant aux côtés du social-démocrate, en écrivant qu'il se trouvait avec son "grand ami et futur président du Brésil Aecio Neves".

S'il n'a "pas l'intention de rentrer en politique", il compte "faire quelque chose" durant la campagne de l'opposant à la présidente Rousseff, qui briguera sa réélection.

Ronaldo Luis Nazario de Lima (37 ans) a aussi fortement critiqué le gouvernement de Mme Rousseff, même s'il dit avoir "une très bonne relation avec elle".

Le double champion du monde (1994, 2002) a relativisé les retards dans la construction des stades en disant que "dans toutes les Coupes du monde il y a eu beaucoup de retard", mais a surtout estimé que "ce qui est vraiment dommage pour notre peuple, ce sont les retards dans les travaux d'infrastructure, des aéroports, de la mobilité urbaine".

"Voilà l'héritage que nous devrions avoir du Mondial et nous en aurons peu, par rapport à ce qui était prévu", a-t-il poursuivi. "Voilà ce que les gens doivent comprendre: c'est à cause des gouvernements. Les gouvernements qu'ils ont eux-mêmes élus. Cela n'a rien à voir avec le foot ou le Mondial".

En tant que chef d'entreprise, le double Ballon d'Or (1997, 2002) a dit ressentir "de l'insécurité" économique. "J'avais l'intention d'investir au Brésil cette année et je ne le ferai pas, a-t-il souligné. Cette insécurité que nous vivons, cette instabilité, cette révolte, la haine du peuple... le gouvernement devrait rassurer la population et le secteur des affaires. (...) On bouche les trous ici ou là et le gouvernement ne rassure pas la population".

Selon le dernier sondage, Rousseff obtient 40% des intentions de vote et Neves 20%.

ybl/cdo/jcp

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.