NOUVELLES
25/05/2014 07:50 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Yémen: trois membres présumés d'Al-Qaïda et six soldats tués près de Sanaa

L'armée yéménite a lancé tôt dimanche une opération au nord de la capitale Sanaa, tuant trois membres présumés d'Al-Qaïda, dont un chef local du réseau terroriste, et perdant six soldats, ont annoncé des sources concordantes.

"Les forces spéciales ont mené l'opération dans la région d'Arhab", à 20 km au nord de Sanaa, tuant trois membres d'Al-Qaïda", a déclaré à l'AFP une source au sein des services de sécurité.

Le ministère de la Défense a indiqué dans un communiqué que Saleh al-Tays, un des membres d'Al-Qaïda les plus recherchés par le gouvernement, avait été tué dans une opération dans la province de Sanaa.

Saleh al-Tays faisait partie des trois tués à Arhab, a pour sa part assuré à l'AFP un responsable de sécurité.

Selon le site du ministère 26sep.net, M. al-Tays était impliqué dans une attaque ayant tué un leader chiite à Sanaa le 21 janvier. Saleh al-Tays avait réchappé de deux attaques de drones, la dernière en décembre.

L'armée a également détruit "quatre véhicules qui devaient servir à des attentats suicides dans le pays", selon le site du ministère.

Un chef tribal a affirmé quant à lui que les forces spéciales avaient perdu six soldats dans l'opération et capturé 12 membres présumés d'Al-Qaïda: quatre Yéménites et huit Saoudiens ayant fui l'offensive de l'armée dans le sud du Yémen.

Ces combattants avaient rejoint Al-Qaïda après avoir combattu fin 2011 en Syrie, selon la même source. Ils ont trouvé refuge récemment dans le village de Wassel, près d'Arhab, a ajouté ce chef tribal.

Visés dans la nuit par deux raids de drones, probablement américains, ils se sont déplacés jusqu'au village proche d'Odr. C'est là qu'ils ont été encerclés par les forces spéciales avec lesquelles ils ont eu, selon la source tribale, un violent accrochage.

Pour sa part, l'armée de l'air yéménite a mené trois raids aériens tôt dimanche sur une maison dans la même région, visant un autre jihadiste de retour de Syrie.

"La maison visée est située à Bani Hakam, un village de la région d'Arhab. Elle a été endommagée et deux voitures ont été détruites", a déclaré une source tribale, faisant état de deux morts et de la fuite d'autres occupants de la maison.

Une autre source tribale a affirmé qu'un islamiste extrémiste yéménite qui avait séjourné en Syrie fin 2011 avait été visé par ces raids, sans être en mesure de l'identifier ou indiquer s'il avait été touché.

Plus au nord, des responsables de l'administration locale ont d'autre part indiqué que les combats entre rebelles chiites, dits Houthis, et l'armée soutenue par des combattants du parti islamiste Al-Islah, s'étaient poursuivis dimanche dans la région d'Amrane.

Des colonnes de fumée provoquées par les bombardements de l'armée s'élevaient au dessus de la région de Jannat, au nord d'Amrane et de Jebel Makhdara, au nord-ouest de la ville, ont rapporté des témoins.

Les affrontements ont repris vendredi dans cette région située à 50 km au nord de Sanaa.

Mardi, 11 soldats et 14 rebelles avaient été tués dans la même région lors de violents affrontements, selon des sources de sécurité.

Les rebelles, fortement implantés dans le nord du pays, où ils contrôlent la province de Saada, sont soupçonnés de chercher à gagner du terrain pour avoir une plus grande zone d'influence dans le futur Etat fédéral yéménite, qui doit compter six provinces.

mou/mh/feb/emb/faa