NOUVELLES
25/05/2014 05:05 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Présidentielle en Colombie: fermeture des bureaux de vote

Les bureaux de vote ont fermé dimanche après-midi à 16h00 (21h00 GMT) pour le second tour de la présidentielle en Colombie, un scrutin crucial pour l'avenir du processus de paix en cours avec les guérillas dans ce pays en conflit armé depuis un demi-siècle.

Aucun incident notable n'a été signalé durant la journée. Les résultats quasi-définitifs des élections, auxquels étaient appelés plus de 32 millions de Colombiens, devaient être connus environ une heure après la fermeture des urnes, selon l'autorité électorale.

Le duel, annoncé serré, oppose le chef de l'État sortant, Juan Manuel Santos, dont le gouvernement a ouvert des négociations depuis 19 mois avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), à l'ancien ministre Oscar Ivan Zuluaga, qui critique ces pourparlers.

Aucun incident notable n'a été signalé durant la journée électorale. Les résultats quasi-définitifs des élections, auxquels étaient appelés plus de 32 millions de Colombiens, devaient être connus environ une heure après la fermeture des urnes.

Au pouvoir depuis 2010, M. Santos, un dirigeant de centre droit de 62 ans, plaide en faveur de la poursuite des discussions avec les Farc, affirmant être proche d'un accord avec la plus vieille rébellion d'Amérique latine. Peu avant le scrutin, il a aussi rendu public l'ouverture d'un dialogue avec l'Armée de libération nationale (ELN).

Les Farc et l'ELN sont les deux dernières guérillas d'extrême gauche en activité en Colombie et les plus anciennes d'Amérique latine, avec respectivement 8.000 et 2.500 combattants selon les autorités.

Partisan de plus de fermeté, M. Zuluaga, un économiste conservateur de 55 ans, menace de suspendre les négociations si les Farc n'acceptent pas ses conditions: une reddition d'ici un mois et des peines de prison minimum de six ans pour les chefs.

bur-pz/ai