NOUVELLES
25/05/2014 04:15 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Prière de paix au Vatican: le pape espère une réponse prochaine de Peres

Le pape François rencontrera lundi à Jérusalem le président israélien et ce sera une occasion pour Shimon Peres d'"être plus précis" dans sa réponse à l'invitation à une prière pour la paix au Vatican, a affirmé dimanche soir le porte-parole du pape.

A l'issue d'une messe à Bethléem, François a invité dimanche les présidents palestinien et israélien à venir prier avec lui "dans sa maison" au Vatican pour la paix et mettre fin à une "situation inacceptable" entre Palestiniens et Israéliens.

Mahmoud Abbas a accepté de se rendre le 6 juin au Vatican, selon le négociateur palestinien Saëb Erakat. M. Peres a pour sa part "salué l'invitation du pape François", selon son porte-parole, qui n'a pas confirmé qu'il l'honorerait.

"Demain, le pape rencontrera le président Peres, qu'il tient en haute estime. Ce sera l'occasion d'être plus précis. Je ne pense pas que nous disposions aujourd'hui de tous les éléments", a déclaré lors d'un point de presse le père Federico Lombardi.

"C'est une invitation qui a été lancée ce dimanche. Il est bon de laisser au moins un ou deux jours pour qu'il (le président Peres) prenne sa décision", a-t-il ajouté.

Le père Lombardi n'a ni confirmé ni démenti à ce stade la date du 6 juin pour cette rencontre.

M. Peres, prix Nobel de la Paix pour son rôle dans les accords d'Oslo en 1993, avait révélé début mai avoir mené en 2011 des négociations de paix secrètes avec M. Abbas, avant de devoir les interrompre sur injonction du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le porte-parole du Vatican est en outre revenu sur l'arrêt imprévu du pape dimanche, au Mur de séparation entre les Territoires palestiniens et Israël, en affirmant qu'il s'était agi d'une "décision personnelle" de sa part.

"Un mur est un signe de division, le signe de quelque chose qui ne fonctionne pas. Nous avons à créer une situation où l'on n'ait plus à avoir de murs", a-t-il observé.

Le porte-parole a souligné l'approche globale du pape François quand il se recueille devant la barrière de séparation et qu'il propose une rencontre de prière au Vatican: "Il cherche à construire des ponts".

En outre, le pape "a ses conseillers" et ne prend pas ses décisions "dans une totale solitude", a-t-il assuré.

jlv/agr/fcc