NOUVELLES
25/05/2014 06:58 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Portugal: le gouvernement sanctionné pour sa politique d'austérité (résultats officiels)

La coalition de centre droit au pouvoir au Portugal a été largement battue dimanche par l'opposition socialiste aux élections européennes, traduisant un fort rejet de sa politique d'austérité, selon les résultats presque complets.

Le PS arrive nettement en tête avec 31,45% des suffrages, en hausse de 4,8 points par rapport aux européennes de 2009, contre 27,70% des voix pour la coalition gouvernementale de centre droit, en baisse de 12,38 points, selon les résultats partiels portant sur 99,37% des circonscriptions, communiqués par le ministère de l'Intérieur.

La coalition gouvernementale, formée par le Parti social-démocrate PSD (centre droit) et le CDS (conservateur), est ainsi restée sous la barre des 30%, essuyant son pire score aux élections européennes.

Le Premier ministre Pedro Passos Coelho a aussitôt reconnu sa défaite, mais a exclu de démissionner: "la mission de ce gouvernement est de conduire cette législature jusqu'au bout au nom de la stabilité dont le pays a besoin pour être bien gouverné".

A un peu plus d'un an des élections législatives prévues pour l'automne 2015, ce résultat constitue un sérieux revers pour le Premier ministre, sanctionné pour trois années marquées par une succession de plans de rigueur imposés à la population.

"Le Parti socialiste est le premier parti du Portugal. Il est préparé pour gouverner le Portugal. Ce gouvernement est arrivé à son terme", a déclaré le secrétaire général du PS, Antonio José Seguro, qui avait appelé les Portugais à "censurer le gouvernement".

"Il revient au président de la République et au Premier ministre de tirer les leçons politiques de ce scrutin", a-t-il relevé avant de rappeler que le PS avait réclamé des élections législatives anticipées dès la crise politique en juillet dernier.

Les Portugais se sont toutefois peu mobilisés. Le taux d'abstention, traditionnellement très élevé aux européennes, s'est établi à 66,1%, battant ainsi le record de 1994 (64,46%).

Les Portugais ont certes rejeté la politique d'austérité du gouvernement, mais ils sont restés largement fidèles aux partis traditionnels.

L'alliance communistes-verts de la CDU est devenue la troisième force politique. La CDU a obtenu 12,69% des voix (contre 10,66%).

Le Parti de la Terre (MPT), une formation populiste, a créé la surprise en obtenant 7,15% des suffrages, devant le Bloc de Gauche (coalition d'extrême gauche) qui recueille 4,56% des voix (contre 10,73%).

Les élections européennes interviennent une semaine après la sortie du pays de son plan d'aide international. Le Portugal est devenu le 17 mai dernier le deuxième Etat de la zone euro à s'affranchir de la tutelle de ses créanciers internationaux (UE-FMI-BCE) sans recourir à une aide supplémentaire.

Frappé de plein fouet il y a trois ans par la crise de la dette, le Portugal avait dû faire appel à l'aide internationale pour se financer. En échange d'un prêt de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le FMI, ce pays a appliqué un exigeant programme de rigueur budgétaire et de réformes économiques.

Malgré la conclusion de ce programme et son plein retour sur les marchés, le gouvernement s'est engagé à garder le cap de la rigueur.

Le Portugal devait élire 21 députés sur les 751 siégeant au Parlement européen. La répartition définitive des sièges devait être communiquée ultérieurement.

lf/bh/mf