NOUVELLES
25/05/2014 10:57 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Les Rangers l'emportent 3-2 en surtemps et prennent l'avance 3-1 dans la série

NEW YORK, États-Unis - Frustré par Dustin Tokarski depuis deux matchs, Martin St-Louis a eu le dernier mot, dimanche. Son but en prolongation a procuré la victoire 3-2 aux Rangers de New York, qui tenteront maintenant de porter le coup fatal au Canadien au Centre Bell, mardi.

St-Louis a déjoué Tokarski à l'aide d'un tir des poignets dans la partie supérieure du filet, décoché du flanc droit, à 6:02.

«Martin était au bon endroit au bon moment, et il a pu y aller de son lancer favori, a noté l'entraîneur des Rangers Alain Vigneault. Il pratique ce tir tout le temps lors des séances d'entraînement.»

Sur la séquence, le Tricolore a joué avec mollesse dans sa zone avant que Brad Richards et Carl Hagelin ne mettent la table pour leur coéquipier.

«Nous aurions pu déblayer notre territoire plusieurs fois, mais nous ne l'avons pas fait. Ça nous a coûté le match», a relevé l'entraîneur Michel Therrien, visiblement abattu.

Hagelin et Derick Brassard ont été les autres qui ont trompé la vigilance de Tokarski, solide face à 29 tirs.

P.K. Subban avait créé l'égalité 2-2 pendant une attaque massive au début du troisième tiers. C'était pour lui un premier point dans la série.

Francis Bouillon a été l'autre qui a déjoué Henrik Ludqvist, confronté également à 29 lancers.

Le Canadien n'a que lui à blâmer, lui qui a obtenu huit occasions en supériorité numérique, incluant la seule en surtemps.

«Ç'a été l'histoire du match, a acquiescé Therrien. Oui, nous avons marqué une fois, mais nous avons accordé un but. Les Rangers ont gagné beaucoup d'énergie en infériorité. Avec toutes les occasions qu'on a eues, ç'aurait dû faire la différence.»

Le CH est maintenant confronté au défi de remporter les trois dernières rencontres de la série, un exploit qu'il n'a accompli que deux fois en 18 séries.

Bouillon a fait partie de la première formation du CH qui a réalisé l'exploit, en 2004, face aux Bruins de Boston.

«Ce groupe a une grande force de caractère et nous n'abandonnerons pas. La défaite fait mal, mais nous devons tourner la page. Il nous faut aborder les matchs un à la fois. L'aspect positif, c'est que deux de ces matchs sont à la maison.»

Le Tricolore a signé l'exploit la deuxième fois contre les Capitals de Washington en 2010.

Bataille perdue

C'est surtout en première période que le Canadien a perdu la bataille des unités spéciales pas à peu près. Blanchi en trois occasions en supériorité, il a permis aux Rangers de marquer en infériorité!

Le rapide Hagelin s'est faufilé derrière les défenseurs et Brian Boyle l'a envoyé en échappée du centre de la patinoire. Le Suédois a habilement fait glisser le disque du revers entre les jambières de Tokarski, à 7:22.

Les visiteurs avaient pourtant bien amorcé la soirée en annulant un jeu de puissance des hôtes. Ils l'ont bien poursuivie à égalité numérique au cours de la seconde moitié de période. À la fin, ils détenaient l'avantage 11-9 dans les lancers.

Brian Gionta a obtenu le plus menaçant, sur un rebond à courte distance, mais Lundqvist l'a frustré de la jambière droite.

But tardif

Les Rangers ont eu le meilleur en deuxième période, 11-5 dans les tirs, mais peu s'en est fallu qu'ils retournent à leur vestiaire sur une égalité.

Brassard leur a donné l'avance avec 55 secondes à écouler, au terme d'une autre échappée. Le Gatinois a opté pour une puissante frappe d'une dizaine de mètres du côté rapproché.

Bouillon avait fait 1-1 à 8:08 sur une descente en surnombre avec David Desharnais. Le défenseur s'est avancé après avoir vu Rene Bourque effectuer une belle passe entre ses patins au centre de la patinoire. Son tir des poignets a effleuré l'épaule gauche de Lundqvist, avant de faire secouer le haut des cordages.

Tokarski avait par la suite réalisé deux spectaculaires arrêts: face à Brassard, en étirant désespérément l'avant-bras droit, et contre St-Louis, d'un geste vif de la mitaine (encore) en échappée.

Galchenyuk, presque

La sixième fois en supériorité a finalement été la bonne pour le Canadien, à 2:00 du troisième vingt. Il a obtenu une septième chance tout de suite après, mais il est revenu à ses mauvaises habitudes.

Galchenyuk a raté une occasion unique avec un peu plus de trois minutes à jouer. Après avoir reçu la passe transversale de Desharnais, son tir des poignets a fait résonner la barre transversale à la droite de Lundqvist.