NOUVELLES
25/05/2014 10:51 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Le rapt de lycéennes au Nigeria "contraire aux préceptes de l'islam" (président de l'UA)

L'enlèvement mi-avril de plus de 200 lycéennes au Nigeria par un groupe islamiste armé est "contraire aux préceptes de l'islam", a estimé le président en exercice de l'Union africaine (UA) dans un discours à l'occasion de la journée de l'Afrique célébrée dimanche.

"Nous condamnons fermement l'enlèvement des jeunes lycéennes innocentes au Nigeria. Nous exigeons leur libération immédiate et sans conditions", a déclaré le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz au titre de président de l'UA dans un message aux Africains diffusé samedi soir et dimanche par les médias publics mauritaniens.

"Ces pratiques sont contraires aux préceptes de l'islam, religion de tolérance et de paix", a-t-il affirmé à l'occasion du 51e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), ancêtre de l'actuelle UA.

Le groupe islamiste armé Boko Haram a revendiqué l'enlèvement, le 14 avril, de plus de 200 lycéennes à Chibok (nord-est du Nigeria). Il est aussi accusé de plusieurs attaques meurtrières ayant fait depuis le début de l'année plus de 2.000 morts au Nigeria.

"La situation difficile au Mali, au Nigeria, en République centrafricaine, en Somalie, au Soudan du Sud et en Libye nous interpelle et mérite toute notre attention", a estimé le président mauritanien.

"Il convient de se féliciter cependant de l'évolution positive de la situation dans la région des Grands Lacs", a-t-il poursuivi.

Il a indiqué noter "avec satisfaction, les progrès enregistrés dans la mise en place" d'un cadre continental pour la paix et la sécurité "ainsi que la bonne évolution" de la coopération sécuritaire dans la région sahélo-saharienne.

"La préservation des succès politiques et économiques exige la paix et la sécurité: les conflits, le terrorisme et l'insécurité transfrontalière constituent des menaces préoccupantes pour certains de nos Etats", a-t-il déclaré.

Au plan économique, il s'est félicité de la "forte croissance dans le continent", qui est "immensément riche et jeune, avec d'énormes potentialités" représentant "des atouts clés" pour les organisations économiques régionales et pour "la création d'une zone de libre-échange continentale forte de plus d'un milliard de consommateurs".

Il a plaidé pour "l'autosuffisance alimentaire, le développement de l'agro-industrie et la lutte contre la pauvreté et la malnutrition" qui, selon lui, "demeurent des objectifs à parachever" par l'UA.

"L'Afrique compte sur ses partenaires pour l'aider à relever les défis du sous-développement. Une réforme du système des Nations unies, dans le sens d'une valorisation du rôle et du poids de l'Afrique, est nécessaire", a-t-il conclu.

hos/cs/sd