NOUVELLES
25/05/2014 02:53 EDT | Actualisé 24/07/2014 05:12 EDT

Grèce: début du second tour des élections locales

Le vote pour le deuxième tour des élections locales a commencé dimanche en Grèce, en même temps que l'élection des 21 députés européens du pays, un scrutin interne perçu comme un test à mi-mandat du gouvernement de coalition droite-socialistes.

Le vote a débuté à 04H00 GMT et doit terminer à 16H00 GMT, comme pour les Européennes. Un sondage de sortie des urnes est prévu à la fermeture des bureaux de vote, selon les instituts de sondage.

Environ la moitié des 325 maires et des 13 présidents de régions ont été déjà élus à la majorité absolue lors du premier tour, dimanche dernier.

Le scrutin se déroule dans un climat de forte polarisation après la percée de la gauche radicale Syriza au premier tour des élections locales, face à Nouvelle-Démocratie (droite) du Premier ministre Antonis Samaras.

Le leader du Syriza, Alexis Tsipras est également candidat de la gauche européenne pour la présidence de la Commission.

Reflétant la colère des Grecs face aux répercussions de la crise, et le discrédit de la classe politique traditionnelle, le Syriza participe pour la première fois au second tour à Athènes et dans sa région, l'Attique, la plus grande du pays (un tiers de l'électorat), avec deux candidats trentenaires.

A part l'Attique, le Syriza est aussi présent au second tour dans trois autres régions du pays.

La bataille est au coude-à-coude à la mairie d'Athènes où Georges Kaminis, actuel maire d'Athènes et soutenu par la droite et les socialistes, a devancé d'un point lors du premier tour Gabriel Sakellaridis, étoile montante de Syriza.

Même enjeu en Attique où la candidate de Syriza Rena Dourou, a créé la surprise dimanche dernier en devançant de 1,5 point l'actuel président de région Yannis Sgouros. Un dernier sondage publié vendredi par l'institut Metron Analysis, voyait cependant celui-ci l'emporter de justesse avec 37% des voix contre 35,7% pour la candidate du Syriza.

A Salonique, deuxième ville dans le nord de la Grèce, l'actuel maire Yannis Boutaris, soutenu par plusieurs partis, surtout du centre gauche, devrait l'emporter, après un écart important contre son adversaire de droite.

Alexis Tsipras a qualifié le scrutin européen de "referendum" contre la poursuite de la politique d'austérité du gouvernement de coalition, mené par Antonis Samaras.

Pour cette élection le Syriza devance la Nouvelle-démocratie d'Antonis Samaras de 3 points, selon les sondages d'intention de vote les plus récents.

hec/od/fw