NOUVELLES
25/05/2014 09:51 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Fusillade au Musée juif de Bruxelles: la Belgique tente de retrouver le suspect

BRUXELLES - Les autorités belges ont lancé une chasse à l'homme nationale afin de retrouver l'auteur de la fusillade au Musée juif de Belgique à Bruxelles, dont le bilan est passé à quatre morts, dimanche, en raison du décès de la quatrième victime.

L'attaque survenue samedi, la veille des élections pour le Parlement européen, a poussé les autorités belges à immédiatement renforcer la sécurité pour les sites juifs.

Une vidéo de l'incident montre un homme athlétique coiffé d'une casquette entrer calmement dans le Musée juif, sortir une kalachnikov et faire feu avant de s'enfuir rapidement. Personne n'a revendiqué l'assaut.

La procureure générale adjointe de la Belgique, Ine Van Wymersch, a lancé un appel à toute la population afin d'identifier le tireur. Elle a affirmé que l'individu, qui a tué un couple de touristes israéliens, une Française et un Belge, avait agi seul, était armé et bien préparé.

La quatrième victime a rendu l'âme dimanche après-midi, a révélé un représentant du gouvernement sous le couvert de l'anonymat.

Les autorités ont indiqué que l'auteur de la fusillade avait stationné sa voiture dans le chic quartier du Sablon, une zone touristique connue pour ses cafés, ses galeries d'art et ses boutiques d'antiquités.

Dans un communiqué, le Musée juif a expliqué que le tireur était arrivé, avait ouvert le feu sur le couple à l'entrée puis avait abattu la personne responsable d'accueillir les visiteurs.

Un suspect arrêté par la police samedi a plus tard été relâché et est maintenant considéré comme un témoin.

Mme Van Wymersch a déclaré que, concernant le motif de la fusillade, toutes les pistes seraient considérées. Le gouvernement belge a toutefois laissé entendre que l'assaut avait tout du crime antisémite.

Dans la foulée de cet incident en Belgique, deux juifs ont été assaillis alors qu'ils quittaient une synagogue parisienne, tard samedi soir.

Tout comme son homologue belge, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Caseneuve, a ordonné à la police de hausser la surveillance près des lieux de culte et des autres établissements juifs.