NOUVELLES
25/05/2014 06:41 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Européennes/Italie: le PD de Matteo Renzi largement devant Grillo (projections)

Le Parti démocrate du chef du gouvernement italien Matteo Renzi se dirigeait vers une impressionnante victoire aux européennes, déjouant les pronostics les plus funestes en devançant de loin le Mouvement Cinq Etoiles de l'eurosceptique Beppe Grillo, selon des projections annoncées dimanche soir.

Selon l'institut IPR, le PD (centre gauche) s'adjugerait 41,4% des suffrages, se positionnant très largement devant le M5S à 22,4% tandis que Forza Italia, le parti de centre droit de Silvio Berlusconi serait à la traîne avec 15,7%.

Une autre projection de l'institut EMG donnait le PD à 39%, M5S à 22,4%, FI à 15% tandis que l'institut SWG plaçait le PD à 36,8%/38% et le M5S à entre 23,3/25,3%.

Des sondages à la sortie des urnes diffusés auparavant, dès la fermeture des bureaux de vote à 21H00 GMT, avaient donné la même tendance avec le PD en tête devant le M5S, le FI de Silvio Berlusconi arrivant troisième.

Les télévisions avaient décidé de baser leurs commentaires sur les projections (basées sur un échantillon représentatif de bulletins déjà dépouillés) plutôt que sur les sondages sortie des urnes.

"Attendons les résultats définitifs mais si les projections devaient se confirmer, ce serait vraiment historique", a commenté la jeune ministre Maria Elena Boschi, haute responsable du PD.

Selon la projection Ipr, la Ligue du nord de Matteo Salvini, alliée en Europe du Front National de la Française Marine Le Pen, obtiendrait 6,1%, tandis que la liste de candidats défendant les idées du Grec Alexis Tsipras accomplirait l'exploit de passer le seuil indispensable des 4% à 4,1%. Ce ne serait en revanche pas le cas du Nouveau centre droit d'Angelino Alfano, parti associé avec M. Renzi qui plafonnerait à 3,9%.

Ces sondages et projections ont commencé à être diffusés dès 21H00 GMT, à la fermeture des bureaux de vote de la péninsule, l'Italie étant le dernier pays à voter.

La numéro deux du PD, Deborah Serrachiani, s'est félicitée de la victoire apparemment très large du PD, estimant qu'il "pourrait se classer comme le premier parti dans le camp des socialistes et démocrates européens (...) un résultat vraiment extraordinaire".

Ces derniers jours, la campagne pour les européennes s'était transformée en Italie en un duel entre MM. Renzi et Grillo.

Le scrutin représentait un test important pour le patron du PD, arrivé au pouvoir à la place d'Enrico Letta, en février, après un putsch interne à leur parti.

Les élections européennes avaient pris l'allure d'un référendum sur les premières mesures de cet ambitieux Premier ministre de 39 ans qui a promis une relance rapide de l'économie.

Face à lui, M. Grillo avait fait campagne contre les partis traditionnels et annoncé un référendum sur le maintien de l'Italie dans la zone euro, réclamant l'abandon des critères du pacte de stabilité européen.

M. Grillo accusait le gouvernement d'inaction, affirmant avoir évité au pays de sombrer dans la violence en canalisant la rage des Italiens après deux ans de récession économique.

M. Grillo s'était dit convaincu de battre le PD et avait réclamé une dissolution du parlement et des élections législatives anticipées au cas où son mouvement aurait obtenu un point de plus que la première force de gauche.

Le M5S est un mouvement né très récemment et qui avait créé la surprise aux législatives de février 2013 en s'emparant d'un quart de l'électorat avec un record de 25,5% des voix à la chambre des députés.

fka/mf