NOUVELLES
25/05/2014 04:48 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Européennes: le Front national triomphe, séisme politique en France

Le Front national (extrême droite) a provoqué dimanche un séisme en France en arrivant largement en tête du scrutin européen, bouleversant le paysage politique et laissant augurer des lendemains difficiles pour les socialistes au pouvoir et pour l'opposition de droite UMP.

Si la progression du FN était attendue, son score est historique: 25,4% des voix, selon des résultats quasi-définitifs communiqués par le ministère de l'Intérieur et portant sur 42 millions d'inscrits sur 46.

Le FN devance largement l'UMP (20,8%), alors que le Parti socialiste subit une nouvelle déroute avec seulement 13,97% des voix, ce qui constitue son plus bas niveau historique.

"Ce qui est important, c'est non seulement le score, mais l'écart. Je retiens davantage l'écart, qui montre le rapport de forces", notait le chercheur spécialiste de l'extrême droite Jean-Yves Camus.

La présidente du FN, Marine Le Pen, a aussitôt appelé le président socialiste François Hollande à "des nouvelles élections" nationales et à un changement du mode de scrutin.

"Que peut-il faire à part en revenir précisément au peuple, mettre en place la proportionnelle pour que chaque Français soit représenté" à l'Assemblée nationale "et organiser des nouvelles élections ?", a-t-elle demandé.

Le FN n'a aujourd'hui que deux députés à l'Assemblée nationale française et les prochaines législatives sont prévues en 2017.

La présidence française a fait savoir que les leçons seraient "tirées" de cet "événement majeur". François Hollande devait réunir lundi matin le chef du gouvernement Manuel Valls et plusieurs ministres, dont le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui a admis que "l'image de la France en Europe" était une des "perdantes" du scrutin.

Manuel Valls a reconnu que les élections européennes avaient provoqué "un choc, un séisme", tout en réitérant que "la France doit se réformer" et qu'il faut "aller plus vite".

Le FN a bénéficié de l'impopularité record du pouvoir socialiste mais aussi de la division et du discrédit de l'opposition de droite, dans un type de scrutin qualifié d'"élection-défouloir" par des politologues.

La France continue de subir d'importantes difficultés économiques, se traduisant par un chiffre record du chômage (plus de 3,3 millions de personnes).

Le résultat du scrutin européen traduit aussi la montée de l'euroscepticisme chez les Français, de plus en plus méfiants à l'égard de l'UE, neuf ans après avoir dit "non" au traité constitutionnel européen.

- 2017 en ligne de mire -

En 2009, alors que le conservateur Nicolas Sarkozy était président, son parti UMP était arrivé très largement en tête du scrutin européen avec 27,8%, loin devant le Parti socialiste (16,48%) et les écologistes, qui avaient fait une poussée remarquée (16,28%). Le FN n'avait obtenu que 6,3% des voix.

Près de 46 millions d'électeurs étaient appelés dimanche à désigner les 74 députés français au Parlement européen, qui compte au total 751 membres, mais le scrutin, après une campagne fantomatique, a été marqué par une forte abstention, autour de 57% selon les estimations.

Avec ce succès inédit, Marine Le Pen, 45 ans, prend date pour la présidentielle de 2017, d'autant plus que l'UMP est en proie à d'importantes difficultés, avec un scandale de conventions fictives, facturées à prix d'or: une réunion de son bureau politique mardi matin pourrait voir la chute de son patron Jean-François Copé.

Dimanche soir, ce dernier a reconnu "une grande déception" pour sa famille politique.

L'UMP a été "atteinte dans sa crédibilité", a lancé, cinglant, son principal rival au sein du parti, l'ex-Premier ministre François Fillon.

Sur le plan européen, Marine Le Pen souhaite former une coalition populiste avec les Autrichiens du FPÖ, les Belges du Vlaams Belang et les Néerlandais du parti de Geert Wilders.

Alors qu'il n'avait que 3 élus, le FN obtiendrait de 22 à 25 sièges au Parlement européen, soit un tiers des députés français, l'UMP de 18 à 21 et le PS de 13 à 15, selon les estimations.

La conquête de onze mairies lors d'élections municipales en mars avait déjà marqué un succès dans la stratégie de dédiabolisation du parti d'extrême droite.

A gauche, la nouvelle déroute des socialistes, après celle aux municipales, complique la tâche du président Hollande, toujours aussi impopulaire - 82% de Français se disent mécontents de son action.

Pour lui, "c'est bien sûr une défaite personnelle. Mais on voit que la défaite est plus générale, car la popularité supérieure de Valls n'a pas permis de l'éviter", note Jérôme Fourquet, de l'institut de sondage Ifop.

Les écologistes, qui ont quitté le gouvernement, récoltent 8,7% des voix, bien loin de leur score de 2009 (16,28%), derrière les centristes (9,7%).

thm-ial/plh/lv