NOUVELLES
25/05/2014 01:46 EDT | Actualisé 25/07/2014 05:12 EDT

Des Chypriotes-turcs déplorent avoir été incapables de voter aux Européennes

Des dizaines de Chypriotes-turcs ont déploré dimanche s'être vu refuser, faute d'adresse valide sur leur carte d'identité, le droit de voter aux élections européennes organisées dans l'île divisée.

En amont du vote, près de 60.000 des citoyens Chypriotes-turcs vivant dans la République turque de Chypre du Nord (RTCN), dont le territoire fait officiellement partie de l'UE même si le gouvernement n'est reconnu que par Ankara, avaient été autorisés à participer.

Ils devaient cependant pour cela se déplacer dans des bureaux de vote du sud de l'île.

Dimanche, des dizaines d'entre eux ont affirmé n'avoir pas pu prendre part au vote, après avoir traversé la zone tampon divisant l'île d'est en ouest pour se rendre aux urnes.

Le ministre chypriote-grec de l'Intérieur Sotiris Hasikos a affirmé que la loi électorale imposait d'avoir une adresse valide sur sa carte d'identité pour pouvoir voter.

Or, selon lui, parmi les quelque 58.000 Chypriotes-turcs automatiquement enregistrés sur les listes électorales à l'issue d'une loi adoptée en mars, 10.000 n'avaient pas correctement indiqué leur adresse sur leur carte d'identité.

A la mi-journée, quelque 150 électeurs avaient dû rebrousser chemin, faute d'adresse valide, a-t-il précisé.

"Les élections sont organisées sur la base de la loi (...). Nous ne pouvons pas mettre le processus électoral en danger parce qu'une ou deux personnes ont crié", a déclaré le ministre, dans des propos rapportés par l'agence chypriote CNA, qui a fait état d'une intervention policière pour évacuer des électeurs mécontents d'un bureau de vote.

"Je suis venu pour voter et je n'ai pas pu. Lorsque j'ai demandé des explications, on m'a dit que je causais des problèmes et on m'a demandé de partir", a expliqué à l'AFP Mehmet Pasa, un Chypriote-turc de 44 ans.

Il s'agit de la première élection où un nombre aussi important de Chypriotes-turcs étaient autorisés à participer à un scrutin dans le Sud.

Cinq Chypriotes-turcs figuraient même parmi les candidats. L'un d'eux, Sener Levent, a dénoncé des élections "illégales", affirmant que 37.000 Chypriotes-turcs n'avaient pas pu voter, selon l'agence CNA.

Une autre candidate, Deniz Birinci, a imputé le problème à une mauvaise transcription des adresses d'électeurs dans les systèmes informatiques.

"Je suis contente, j'ai voté pour un Chypriote-turc qui va me représenter, je suis sûre qu'il défendra mes droits", a tempéré une électrice, Fatma Uzunoglu, à la sortie d'un bureau de vote où elle n'a pas rencontré de problème pour voter.

Le président chypriote, Nicos Anastasiades, a déploré la faible participation à travers l'Europe, y compris à Chypre où les premiers résultats affichaient un taux de participation de 42,37%.

"C'est un problème qui doit être pris en main par les dirigeants à Bruxelles", a-t-il déclaré aux journalistes en relevant que l'abstention chypriote n'était pas la pire au sein de l'UE.

Chypre est coupée en deux depuis que la Turquie a envahi la partie Nord de l'île en juillet 1974, en réaction à un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs pour rattacher le pays à la Grèce.

cc/sma/faa/fcc