DIVERTISSEMENT
24/05/2014 04:53 EDT | Actualisé 24/07/2014 05:12 EDT

Cannes 2014: Xavier Dolan remporte le prix du jury pour Mommy

MONTRÉAL - Le film «Mommy» du jeune réalisateur québécois Xavier Dolan a remporté, samedi, le Prix du jury au 67e Festival de Cannes, ex-aequo avec «Adieu au langage» de Jean-Luc Godard.

La Palme d'or a échappé au cinéaste de 25 ans. Le prestigieux prix a plutôt été décerné au film «Winter Sleep» du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan.

C'est un Xavier Dolan très ému qui est monté sur scène pour recevoir sa récompense et livrer un long discours qu'il a dû interrompre à quelques reprises pour reprendre contenance.

«L'émotion qui me gagne en contemplant cette salle mythique est bouleversante. Je suis éperdu de gratitude devant la reconnaissance de votre jury, la quantité d'amour aussi que nous avons reçu au cours de la dernière semaine, qui me fait réaliser (...) qu'on fait ce métier pour aimer et être aimé en retour», a-t-il déclaré.

Le jeune cinéaste a notamment remercié le délégué général du festival, Thierry Frémaux, pour avoir cru en lui, l'avoir confronté et protégé, ainsi que les trois principaux interprètes de «Mommy».

«Merci à Anne Dorval, à Suzanne Clément et à Antoine Olivier Pilon. Vous êtes des acteurs, mais surtout des créateurs. Je vous admire, je vous aime», a-t-il affirmé, suscitant des applaudissements nourris de la foule.

Dolan a aussi tenu à exprimer sa gratitude envers Jane Campion, la présidente du jury du festival de cette année, disant que son long métrage «La leçon de piano», pour lequel la réalisatrice néo-zélandaise a reçu la Palme d'or en 1993, avait contribué à définir sa vie et sa carrière.

Il a conclu en remerciant les gens de sa génération, les exhortant à réaliser leurs rêves.

«Il n'y a pas de limites à nos ambitions, à part celles que nous nous donnons et celles que les autres nous donnent. Bref, je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais. Et puisse, je l'espère, ce prix en être la preuve la plus rayonnante.»

En conférence de presse un peu plus tard, le jeune réalisateur a été appelé à commenter ce prix qu'il partage avec le cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard, âgé de 83 ans.

«C'est sûr que je reconnais là le geste que je crois délibéré des jurés de nous associer dans le cinéma, peut-être à cause du gouffre de temps qui nous sépare, mais aussi, peut-être, à cause de nos recherches respectives de la liberté au cinéma dans des approches et des époques différentes. Ce qu'il y a de beau dans le fait de partager ce prix avec lui, (c'est que) Godard, à une époque, a tenté de réinventer le cinéma, et j'aime croire que nous sommes dans un moment où le cinéma prend un virage, et je serais heureux de participer à celui-ci.»

Xavier Dolan croit par ailleurs que son prix vient «pulvériser» les questionnements persistants sur l'âge de ses acteurs, ou son propre âge, qui ont souvent une connotation péjorative.

«C'est peut-être le mauvais prix pour élaborer autant sur la question, mais j'avais décidé de le dire de toute manière et de m'adresser aux gens qui nourrissent des rêves, qui ont des ambitions, et qui vont entendre quotidiennement qu'il faut redescendre sur Terre, et qu'il faut arrêter de rêver en couleurs. Toute mon enfance, j'ai entendu de telles remarques, et je pense à toutes les vedettes qui montent chercher leurs prix et qui racontent leurs histoires de rêve.»

Parlant de son enfance au Québec, il a affirmé qu'il venait d'un endroit où les gens sont conditionnés à «rêver petit», «pour une raison qui m'échappe». «Et je vois dans ma génération un désir de grandeur, une ambition, et je veux absolument la célébrer, et si ce prix peut inspirer les gens à accomplir de grandes choses, eh bien, tant mieux.»

«Mommy» est le premier film de Xavier Dolan à faire partie de la compétition officielle du Festival de Cannes et le quatrième à être présenté sur la Croisette.

Son premier long métrage, «J'ai tué ma mère», avait raflé trois prix en 2009 à la Quinzaine des réalisateurs. «Les amours imaginaires» et «Lawrence Anyways» avaient quant à eux été projetés dans le cadre du volet Un certain regard, respectivement en 2010 et 2012.

La filmographie de Xavier Dolan comprend également «Tom à la ferme», adaptation cinématographique de la pièce de théâtre du même nom de Michel Marc Bouchard, sortie au Québec en 2014.

Parmi les autres lauréats du 67e Festival de Cannes figurent aussi Bennett Miller, qui a mis la main sur le Prix de la mise en scène pour son drame «Foxcatcher» mettant en vedette Channing Tatum et Steve Carell, Timothy Spall, sacré meilleur acteur grâce à son interprétation du peintre J.M.W Turner dans «Mr. Turner» de Mike Leigh, et Julianne Moore, qui a gagné le Prix de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans «Maps to the Stars» du réalisateur canadien David Cronenberg.

Le 67e Festival de Cannes marquait une première pour le cinéma canadien, qui proposait un record de trois films en compétition officielle. Outre «Mommy» et «Maps to the Stars», «Captives» d'Atom Egoyan était également en lice pour la Palme d'or.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014 Voyez les images