NOUVELLES
23/05/2014 11:05 EDT | Actualisé 23/07/2014 05:12 EDT

Hydro-Québec: un premier trimestre profitable en raison de l'hiver rigoureux

Agence QMI

MONTRÉAL - Le temps froid qui a sévi au Québec pendant l'hiver a stimulé la demande en énergie, ce qui a grandement profité à Hydro-Québec, dont les profits ont bondi de près de 30 pour au cours du premier trimestre.

La société d'État a dévoilé vendredi un bénéfice net de 1,76 milliard $ pour la période terminée le 31 mars dernier, en hausse de 403 millions $ par rapport à la période correspondante de 2013.

Ses revenus trimestriels ont totalisé 4,62 milliards $, en hausse de 711 millions $.

Outre les températures plus froides, cette progression s'explique également par la hausse des tarifs de 2,4 pour cent en vigueur depuis le 1er avril 2013.

Hydro-Québec a exporté un volume similaire d'électricité à l'extérieur du Québec, mais cela n'a pas empêché ses ventes de grimper de 230 millions $ pour atteindre 641 millions $.

«On parle de huit térawattheures d'exportation nette en 2018 alors que l'an dernier, on avait 7,8 térawattheures», a expliqué la vice-présidente, comptabilité et contrôle d'Hydro-Québec, Lise Croteau.

«L'an dernier on a réalisé des exportations autour de cinq sous (le kilowattheure) alors que pour le premier trimestre on était plus près de huit sous», a-t-elle ajouté.

Mme Croteau a par ailleurs laissé entendre que la société d'État a exporté son maximum d'électricité à l'extérieur du Québec au cours de l'hiver.

«Nous sommes en hiver, huit térawattheures, c'est ce que nous avions prévu d'exporter, (...) c'est ce que nos interconnexions nous permettent de faire», a dit la vice-présidente.

Cette performance trimestrielle n'a pas empêché les charges d'Hydro-Québec de progresser de 324 millions $ pour se chiffrer à 2,26 milliards $.

Les achats d'électricité et de combustibles ont augmenté de 304 millions $, principalement en raison d'achats effectués par Hydro-Québec Distribution auprès de tiers. Les achats d'énergie éolienne ont atteint 86 millions $.

«Nous étions face à un hiver froid, donc pour approvisionner le marché québécois, le Québec a dû acheter plus d'électricité qu'à température normale, a dit Mme Croteau. Oui, le distributeur a effectué des achats d'électricité.»

Du côté d'Hydro-Québec Production, les revenus ont été de 1,13 milliard $, en progression de 396 millions $ par rapport à 736 millions $ au premier trimestre de 2013.

Ses exportations nettes d'électricité ont généré 233 millions $ de plus qu'au premier trimestre de 2013 en raison de «conditions de marché très favorables». L'apport du marché québécois a progressé de 166 millions $.

Quant aux investissements en immobilisations de la société d'État, ils ont fléchi de 43 millions $, à 750 millions $.

La majorité de ce montant a été consacré aux grands projets de développement hydroélectrique, notamment celui du complexe de la Romaine, sur la Côte-Nord.

Les tarifs d'électricité de la société d'État ont grimpé en moyenne de 4,3 pour cent depuis le 1er avril dernier en raison d'une décision de la Régie de l'énergie. Hydro-Québec demandait plutôt de pouvoir hausser ses tarifs de 5,8 pour cent dès le 1er avril.

Hydro-Québec Distribution avait calculé qu'une telle hausse signifierait une augmentation annuelle de 120 $ pour une résidence de taille moyenne et de 36 $ pour un logement de taille moyenne.

La hausse s'explique en partie par les pertes encourues par Hydro-Québec dans les contrats d'énergie éolienne. Mais Hydro-Québec Distribution avait aussi justifié sa demande par une indexation prévue du bloc patrimonial.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les choses que font les Canadiens au moindre signe de réchauffement Voyez les images