NOUVELLES
21/05/2014 07:55 EDT | Actualisé 21/05/2014 07:55 EDT

Strateco veut la tête de Louis-Gilles Francoeur au BAPE

AFP

La compagnie d'exploration minière Ressources Strateco hausse le ton et met en demeure le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) de récuser le président de la commission d'enquête sur les enjeux de la filière uranifère, Louis-Gilles Francoeur.

Dans un communiqué rendu public mardi, Strateco met en doute l'impartialité de M. Francoeur. « Il nous apparaît évident que M. Francoeur n'a ni la neutralité ni même la légitimité requises pour présider les travaux de la commission ».

La compagnie Strateco reproche à M. Francoeur ses commentaires lorsqu'il était en poste au journal Le Devoir. Des propos qui « ne laissent aucun doute sur sa partialité », selon le président et chef de la direction de Strateco, Guy Hébert.

Si le BAPE n'obtempère à la demande de Strateco, « des procédures seront entreprises devant la Cour supérieure afin d'obtenir la récusation de monsieur Francoeur », ajoute le communiqué.

Strateco demande également au gouvernement libéral de mettre « immédiatement un terme à cette commission en raison de son inutilité et du fait que le mandat de celle-ci comprend le territoire conventionné de la Baie-James ».

Aux yeux de Strateco, « l'annulation de la tenue de cette commission permettrait au gouvernement d'économiser des centaines de milliers de dollars sinon des millions ».

En avril 2013, Strateco avait brandi la même menace face au gouvernement péquiste en intentant une mise en demeure de 16 millions de dollars suite à la décision de Québec de suspendre l'exploration d'uranium.

Le ministère de l'Environnement avait alors donné au BAPE le mandat d'enquêter et de mener des consultations sur la filière uranifère.

Strateco avait aussitôt dénoncé une décision, jugée arbitraire et injustifiée.