NOUVELLES
21/05/2014 09:08 EDT | Actualisé 21/07/2014 05:12 EDT

Le prince Charles compare les politiques de Poutine à celles d'Hitler

Day 2 of the Royal Visit to Canada - Halifax, NS
Korona Lacasse/Flickr
Day 2 of the Royal Visit to Canada - Halifax, NS

De passage en Nouvelle-Écosse, le prince Charles a comparé la politique du président russe Vladimir Poutine à celle qu'adoptait Adolf Hitler face à certains pays européens dans les années 30.

Selon le quotidien britannique Daily Mail, le prince aurait fait cette déclaration lors d'une conversation avec une femme polonaise d'origine juive pendant une visite au Musée canadien de l'immigration.

Cette femme, qui travaille comme bénévole au musée a perdu plusieurs membres de sa famille dans les camps de concentration nazis au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Marianne Fergusson, 78 ans, a déclaré qu'elle avait discuté avec le prince de l'histoire de sa famille et des circonstances qui l'ont conduite à immigrer au Canada. Le prince Charles lui aurait alors dit : « Poutine fait aujourd'hui presque la même chose qu'Hitler », faisant allusion à la récente annexion de la Crimée par la Russie et au comportement de Moscou face à la crise en Ukraine.

Surprise de cette remarque qui tranche avec les propos généralement très mesurés de la famille royale britannique, la dame a expliqué que le prince semblait à son avis très sincère et honnête. Elle s'est par ailleurs dite étonnée de l'ampleur médiatique qu'avait prise ce commentaire.

« Je dois dire que je suis d'accord avec lui et je suis sûre que beaucoup de gens le sont », a ajouté la dame.

Plus tard, un porte-parole du prince Charles a expliqué que ces propos ont été tenus en privé et que le prince ne ferait aucun commentaire.

« Nous tenons à souligner le fait que le prince de Galles n'entendait pas faire une déclaration politique publique lors d'une conversation privée », a déclaré le porte-parole.

En Russie, le quotidien populaire Moskovski Komsomolets a réagi à ces propos princiers sur son site Internet en déclarant que les commentaires du prince « risquent de déclencher un scandale international et de compliquer les relations déjà troublées entre le Royaume-Uni et la Russie ».

Clarence house, résidence officielle du prince de Galles, a refusé de commenter toute conversation privée du prince.

Au Royaume-Uni certains dénoncent cette entorse à la neutralité de la couronne, mais le vice-premier ministre n'y voit pas de problème. Évoquant les membres de la famille royale, Nick Clegg a déclaré qu'ils avaient « le droit de donner leur opinion personnelle, au même titre que n'importe qui ».

Ces commentaires du prince Charles ne manqueront probablement pas de corser la rencontre qu'il doit avoir avec le président Poutine, le mois prochain, dans le cadre des commémorations du débarquement en Normandie, le 6 juin.

Ce n'est pas la première fois que les politiques du président russe en Europe de l'Est sont comparées à celles du dictateur allemand Adolf Hitler. En mars dernier, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, avait comparé les arguments évoqués par Vladimir Poutine pour justifier le rattachement de la Crimée à la Russie à ceux de Hitler lors de l'invasion des Sudètes et de l'Autriche, en 1938.

Toujours en mars, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, avait aussi fait ce parallèle  lors d'une entrevue accordée à CBC.

John Baird avait alors accusé la Russie d'envahir et d'occuper la Crimée, région autonome de l'Ukraine.

Rencontre avec Stephen Harper à Winnipeg

Par ailleurs, le prince Charles et la duchesse de Cornouailles ont rencontré le premier ministre Stephen Harper pour leur dernier jour de visite. M. Harper s'est abstenu de tout commentaire sur cette affaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Prince Charles And Camilla's 2014 Canada Tour Voyez les images