Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Golfe lève une interdiction non officielle de voyage au Liban

Les pays du Golfe, dont l'Arabie saoudite, ont levé une interdiction non officielle de voyager au Liban, à l'approche de la saison estivale, a annoncé jeudi à l'AFP le ministre libanais du Tourisme.

"Il y a une normalisation implicite", a affirmé le ministre Michel Pharaon.

"Je peux vous dire qu'à la suite de nos rencontres, s'il y avait interdiction, aujourd'hui elle est implicitement levée", a-t-il expliqué.

"Comme il ne s'agissait pas d'une interdiction officielle, je peux dire qu'il s'agit d'un feu vert non officiel", a-t-il encore dit.

Depuis 2012, les monarchies arabes du Golfe dont de nombreux citoyens se rendaient au Liban pendant les mois d'été, avaient appelé leurs ressortissants à éviter le Liban pour des raisons de sécurité.

Après une série d'enlèvements et des violences liées à la guerre en Syrie voisine, le Liban était de plus en plus boudé par les touristes, ce qui a eu un impact dévastateur sur le secteur clé du tourisme dans le pays.

M. Pharaon a fait état de signes de plus en plus encourageants par rapport à l'an dernier.

"Le nombre de visiteurs s'élevait à 2,3 millions en 2010, baissant à 1,3 million en 2013", a-t-il souligné.

"Mais à présent, je peux dire qu'ils reviennent petit à petit: les vols sont complets et le taux d'occupation des hôtels est de 60-70%, alors qu'il n'était que de 30-35% l'an dernier", a-t-il expliqué.

"Je dirais que je suis optimiste (...) Mais au Liban nous devons toujours être prudents, je dirais plutôt que je suis prudemment optimisme pour la saison", a dit le ministre.

sah/feb/vl

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.