Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des données non confirmées "suggèrent l'utilisation de chlore" en Syrie (Kerry)

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré jeudi à Londres avoir connaissance d'éléments "non vérifiés, non confirmés" suggérant l'utilisation d'armes chimiques au chlore en Syrie, reprenant des accusations de la France contre le régime de Bachar al-Assad.

"J'ai vu des éléments... ils ne sont pas encore vérifiés... ils ne sont pas encore confirmés... Mais j'ai vu des données brutes qui suggèrent, comme la France l'a elle-même suggéré, que du chlore a été utilisé à plusieurs reprises dans le cadre de la guerre", a dit à la presse le chef de la diplomatie américaine à l'issue d'une réunion du groupe des Amis de la Syrie.

"Si cela a été le cas, et si cela peut-être prouvé, ce serait une violation des accords du traité des armes chimiques, de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques que la Syrie a signée", a-t-il dit.

En visite à Washington mardi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a assuré que le régime syrien avait utilisé à 14 reprises des armes chimiques, notamment du chlore, depuis octobre.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a affirmé pour sa part mardi qu'il existait des preuves solides sur des attaques au chlore menées par le régime syrien dans trois villes à la mi-avril.

La Syrie a officiellement intégré la Convention sur l'interdiction des armes chimiques en octobre dans le cadre d'un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, après des accusations contre le régime d'avoir utilisé du gaz sarin lors d'une attaque meurtrière près de Damas.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé fin avril qu'elle allait mener une enquête sur les allégations d'attaques au chlore.

jkb-dh-alm/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.