NOUVELLES
05/05/2014 06:09 EDT | Actualisé 05/07/2014 05:12 EDT

Nord du Cameroun: deux morts dans l'attaque d'une gendarmerie par des islamistes présumés

Deux personnes, dont un gendarme camerounais, ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi lors de l'attaque d'une brigade de gendarmerie à Kousseri, dans l'extrême-nord du Cameroun, attribuée à des islamistes de la secte nigériane Boko Haram, a-t-on appris de source sécuritaire.

"Les Boko Haram ont attaqué la brigade dans la nuit. Ils ont tué par balles notre camarade (gendarme) et un gardé à vue", a affirmé une source sécuritaire locale jointe par l'AFP.

"Ils venaient chercher l'un de leurs détenus. Ils sont partis avec lui et avec d'autres personnes qui se trouvaient en cellule", a ajouté, sans plus de précisions, cette source sous couvert d'anonymat.

"La population de la ville ont été réveillées par les crépitements des armes dans la nuit. C'est le matin que nous avons appris que les Boko Haram ont attaqué la brigade", a expliqué un responsable d'ONG locale, Mey Ali.

La région du Nord camerounais, frontalière avec le Nigeria, est régulièrement la cible d'exactions de la part de membres de Boko Haram.

Début avril, deux prêtres italiens et une religieuse canadienne très âgée ont été enlevés dans cette région, où un prêtre français et une famille française avaient été kidnappés en 2013 par le même groupe.

Boko Haram, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, mène des attaques sanglantes contre les forces de sécurité et les civils depuis 2009 dans le nord du Nigeria. L'armée nigériane a lancé en mai 2013 une vaste offensive, toujours en cours, pour tenter de mater l'insurrection.

Depuis quelques mois, des membres présumés de Boko Haram commettent également des exactions contre la population camerounaise.

Ainsi, fin février, des militants présumés ont enlevé un chef traditionnel camerounais du village de Goumouldi avant de l'égorger au Nigeria, a déclaré à l'AFP une source policière camerounaise.

rek/cl/de