NOUVELLES
05/05/2014 01:42 EDT | Actualisé 05/07/2014 05:12 EDT

Les «révélations» des Bruins sur Price n'offrent rien de nouveau, selon Therrien

BROSSARD, Qc - Les Bruins de Boston aiment bien livrer une guerre psychologique à leurs adversaires. Leurs affirmations sur la «faiblesse» de Carey Price en est la plus récente preuve. Mais foi de Michel Therrien, les membres de l'organisation du Canadien n'embarqueront pas dans ce jeu.

C'est d'ailleurs avec un haussement d'épaule que Price a réagi aux affirmations des Bruins, lundi, une journée après que ceux-ci eurent clamé avoir trouvé la faille dans son armure. Les joueurs de l'équipe de Boston ont alors déclaré que pour venir à bout du gardien du CH, il suffit de forcer celui-ci à se déplacer latéralement, et donc à s'agenouiller sur la glace, pour qu'ils puissent ensuite décocher des tirs dans le haut du filet.

«Essentiellement, c'est comme ça qu'on marque la plupart des buts dans cette ligue, à ce stade-ci de l'année surtout, a souligné Price à la veille du troisième match de la série, mardi, au Centre Bell. J'ai vu pas mal de rapports de dépistage sur les différents gardiens dans la ligue et ce genre de conclusion, ça vaut pas mal pour tous les gardiens. C'est le cas pour moi, mais aussi pour Ben Bishop et Corey Crawford. Ce n'est pas vraiment pertinent.»

Reste que Price et l'entraîneur des gardiens du Canadien Stéphane Waite ont semblé réagir à ces affirmations au tout début de l'entraînement, lundi. Le gardien a alors participé à deux exercices où il devait se déplacer latéralement à l'aide de trois ou quatre coups de patin, et ensuite se relever rapidement pour bloquer un tir de loin.

Mais peut-être n'était-ce là qu'un simple clin d'oeil plus ou moins narquois à l'intention des Bruins. Les exercices n'ont d'ailleurs duré que quelques minutes et Therrien est venu se placer dans le cercle de mise en jeu pour observer, l'air grave, comme s'il cherchait à attirer l'attention de tout le monde.

Puis, en point de presse, Therrien a présenté le deuxième acte de sa petite pièce de théâtre en qualifiant les Bruins de mauvais comédiens.

«C'est une chose qu'ils ont déjà tentée par le passé et Stéphane Waite s'en souvient mieux que quiconque puisqu'il était alors avec les Blackhawks. Souvenez-vous qu'en finale de la Coupe Stanley l'an dernier, on avait beaucoup parlé de Corey Crawford, que tout rentrait du côté de sa mitaine, a rappelé l'entraîneur du CH. Ça fait partie de leur stratégie.

«C'est la même chose en ce qui concerne les commentaires de Claude (Julien), a ajouté Therrien en faisant allusion aux critiques de l'entraîneur des Bruins concernant l'arbitrage. Il dit qu'il n'est pas content... Mais moi, je trouve qu'ils s'en sont tirés à plusieurs reprises malgré certains gestes qu'ils ont posés.

«Ils essaient donc d'influencer les officiels. Mais ça, ce sont les Bruins de Boston. Ç'a toujours été comme ça, ils aiment ça. Est-ce que ça nous affecte? Ça ne semble pas trop affecter mes joueurs et moi, je sais que ça ne m'affecte pas.»

À l'instar de Price, Therrien a dit trouver que les Bruins n'ont rien inventé en ce qui a trait à l'art de déjouer un gardien de but.

«En séries, ce n'est pas sorcier. Tu vas au filet, tu lances la rondelle et tu essaies de faire en sorte que le gardien de but, surtout quand c'est un gardien de but de qualité, soit gêné par une lourde circulation devant le filet. Ce n'est pas une nouvelle statégie en ce qui me concerne, c'est vieux comme la terre. C'est à nous de réagir devant Carey.»

Par ailleurs, Therrien s'est dit convaincu que ses joueurs ne souffriront d'aucune séquelle psychologique même s'ils se sont effondrés dans les 10 dernières minutes du match de samedi à Boston. Ils ont alors vu une avance de 3-1 disparaître rapidement. Le congé de dimanche a fait du bien à ce titre, a estimé l'entraîneur du Tricolore.

«Ç'a permis à tout le monde, et moi le premier, de décompresser, de revenir sur terre, de s'assurer qu'on reste vraiment concentré sur les bonnes choses, a noté Therrien. Maintenant, on va jouer dans un amphithéâtre survolté mardi au Centre Bell, et je sens que notre équipe est très excitée d'avoir la chance de disputer un tel match.»