NOUVELLES
05/05/2014 12:24 EDT | Actualisé 05/07/2014 05:12 EDT

Heurts entre étudiants à Khartoum, la police tire des gaz lacrymogènes (témoins)

La police soudanaise a fait usage de gaz lacrymogènes lundi pour faire cesser des heurts entre étudiants pro et anti-gouvernement qui ont débordé hors du campus de l'Université de Khartoum, selon des témoins.

Les étudiants des deux camps se sont battus sur le campus avec "des barres en métal et des chaînes et se sont lancé des pierres", a précisé un étudiant à l'université de Khartoum sous le couvert de l'anonymat.

Les heurts ont ensuite dégénéré et gagné les rues avoisinantes poussant la police à intervenir en tirant des gaz lacrymogènes. Après les accrochages, les rues étaient jonchées de pierres, et les forces anti-émeutes étaient encore présentes, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Les heurts ont éclaté entre des étudiants favorables au Parti du congrès national du président Omar el-Béchir et des "étudiants d'opposition", dont beaucoup étaient originaires du Darfour, selon l'étudiant.

Le Darfour est le théâtre depuis 2003 d'un conflit entre l'armée alliée à des tribus, et des rebelles qui réclament la fin de leur "marginalisation économique" et un partage du pouvoir avec le pouvoir central.

Depuis un an, ce conflit, qui a fait des centaines de milliers de morts et plus de deux millions de déplacés selon l'ONU, se double d'une hausse de l'activité criminelle et de combats sanglants entre tribus arabes se disputant terre, eau et droits miniers.

Dimanche soir, des violences similaires avaient eu lieu sur le campus, selon des étudiants.

Les tensions sont vives depuis plus de deux ans à l'université, qui a été fermée à plusieurs reprises et a été l'épicentre de manifestations anti-gouvernementales en 2012.

Elle avait été encore fermée pendant quelque temps en mars à la suite de la mort d'un étudiant lors d'un rassemblement pour la paix au Darfour.

str-it/cbo/tp