NOUVELLES
05/05/2014 10:37 EDT | Actualisé 05/07/2014 05:12 EDT

D'autres corps sont retirés de l'épave du traversier sud-coréen

SÉOUL, Corée du Sud - Douze autres corps ont été retirés lundi de l'épave du traversier sud-coréen, quand les plongeurs ont pu profiter d'une météo plus clémente et de courants moins violents.

Le bilan s'élève maintenant à 260 morts et 42 disparus.

Il faudra toutefois ajouter une victime de plus à ce triste bilan. Un des plongeurs participant aux recherches est mort, ont annoncé les autorités. Il s'agit de la première victime parmi les personnes mobilisées à la suite du naufrage. L'homme de 53 ans a perdu conscience alors qu'il était dans l'eau. Des collègues l'ont remonté à la surface, cinq minutes après qu'on eut perdu contact avec lui.

Un porte-parole gouvernemental, Ko Myung-seok a indiqué que l'homme n'avait encore pas participé aux recherches.

Trois employés soupçonnés de négligence dans la gestion du fret chargé à bord du Sewol ont aussi été arrêtés. C'est la première fois que des gens qui ne se trouvaient pas à bord du traversier sont arrêtés.

Le Sewol transportait 476 personnes au moment de la catastrophe, dont une vaste majorité d'étudiants du secondaire qui participaient à un voyage scolaire. Seulement 174 personnes ont survécu, dont 22 des 29 membres d'équipage.

Les plongeurs fouillaient les trois dernières cabines, près d'un casse-croûte sur le troisième pont, a indiqué aux journalistes un porte-parole des services d'urgence. Ces cabines n'étaient toutefois pas occupées par des étudiants.

Les plongeurs reviendront ensuite vers des sections déjà fouillées, comme les salles de bain de chaque pont. Leurs fouilles sont ralenties par l'obscurité et par les débris qui flottent.

Les trois employés de la compagnie propriétaire du navire, Chonghaejin Marine, ont été arrêtés vendredi et dimanche. Ils sont soupçonnés de négligence dans leur gestion du fret. Un dirigeant de la compagnie a lui aussi été interpelé.

Dix-neuf personnes ont maintenant été arrêtées, dont 15 membres d'équipage qui sont soupçonnés d'avoir abandonné les passagers.

Le traversier transportait possiblement 3608 tonnes de fret, soit trois fois plus que sa limite sécuritaire. Du fret mal chargé pourrait avoir contribué à la catastrophe en déséquilibrant le navire.