NOUVELLES
05/05/2014 02:29 EDT | Actualisé 05/07/2014 05:12 EDT

Alstom: le gouvernement français rejette l'offre "en l'état" de General Electric

Le gouvernement français rejette "en l'état" l'offre de reprise de la branche énergie d'Alstom par General Electric et lui propose de l'améliorer en cédant ses activités transports au groupe français, a écrit lundi le ministre de l'Economie au PDG du groupe américain.

"En l'état, nous ne pouvons malheureusement pas souscrire aux propositions que vous avez faites, reposant sur la seule acquisition des activités d'Alstom dans le domaine de l'énergie", affirme le ministre Arnaud Montebourg dans une lettre à Jeff Immelt, dont l'AFP a obtenu une copie.

Le conseil d'administration d'Alstom s'est prononcé la semaine dernière en faveur de l'offre de GE, alors que le ministre français de l'Economie, Arnaud Montebourg, n'a pas caché pas sa préférence pour l'Allemand Siemens qui s'est également porté acquereur..

M. Montebourg, qui précise dans sa lettre à Jeff Immelt avoir été chargé par le président François Hollande de répondre à l'offre de General Electric, souligne que "le gouvernement souhaite examiner (avec M. Immelt) les voies et moyens d'un partenariat équilibré, rejetant une acquisition pure et simple qui, en l'état, conduirait à la disparition d'Alstom".

Il fait part de l'inquiétude du gouvernement français face à "la séparation et l'isolement de la branche d'Alstom spécialisée dans le transport ferroviaire, si GE s'en tenait au seul rachat de la partie énergie".

Il suggère dès lors que General Electric cède à son tour à Alstom Transport ses activités dans ce secteur.

"Il serait hautement souhaitable d'assurer un avenir mondial certain à Alstom Transport, par la cession à cette entité des activités transport de General Electric, incluant les trains de fret et la signalisation, représentant un chiffre d'affaires de 3,9 milliards de dollars", a souligné le ministre.

arz/ih/nou/rhl

ALSTOM

GENERAL ELECTRIC

SIEMENS