NOUVELLES
04/05/2014 09:21 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

Washington offre 30 M$ au Congo en prévision de ses prochaines élections

KINSHASA, République Démocratique Du Congo - Les États-Unis sont prêts à verser 30 millions $ à la République démocratique du Congo pour l'aider à acquérir une plus grande stabilité et à renforcer sa démocratie, mais veulent que le président Joseph Kabila accepte de se retirer au terme de son présent mandat, a déclaré le secrétaire d'État américain, John Kerry, dimanche.

M. Kerry a également affirmé que le gouvernement congolais devait organiser des élections sous peu. Le scrutin est prévu pour 2016, mais aucune date n'a encore été établie. Il a indiqué avoir profité d'une rencontre privée avec M. Kabila, dimanche, pour l'exhorter à respecter la Constitution du pays, qui lui interdit de briguer un troisième mandat consécutif à la présidence.

On ignore si le président congolais a accepté la proposition de Washington.

Interrogé par l'Associated Press, le porte-parole du gouvernement du Congo, Lambert Mende, a affirmé que la Constitution serait respectée, mais a aussi laissé entendre qu'elle pourrait être révisée si des événements imprévus empêchaient de tenir les élections dans les délais prescrits.

M. Mende a toutefois soutenu qu'il était encore trop tôt pour parler du prochain scrutin congolais.

Les 30 millions $ promis représentent plus du double des 12 millions $ fournis par les États-Unis au Congo pour la stabilité et la démocratie l'an dernier. Une part de cette somme pourrait être donnée à des organisations non gouvernementales.

En 2013, l'aide totale versée par le gouvernement américain au Congo a atteint 210 millions $.

Le nouveau montant pourrait servir à financer les efforts visant à assurer la stabilité du pays africain, déchiré par la violence depuis plus de 20 ans.

John Kerry a souligné que les autorités congolaises pouvaient en faire plus pour démanteler les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, un groupe rebelle basé au Congo dont les membres sont accusés d'être derrière le génocide de 1994 en sol rwandais.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!