NOUVELLES
04/05/2014 11:15 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

Odessa: des prisonniers pro-russes libérés de force par la foule

Plus de 2.000 pro-russes déchaînés ont pris d'assaut dimanche le siège de la police à Odessa (sud de l'Ukraine), et ont obtenu, en tambourinant avec des gourdins contre des portails de fer, la libération de leurs prisonniers capturés lors des heurts le 2 mai, a constaté l'AFP.

Une foule hostile portant drapeaux et icônes orthodoxe s'est d'abord massée dans la rue Preobrajenska, face à l'entrée du siège de police de la ville. De jeunes gens sont arrivés au volant d'un camion et s'en sont servis comme d'un bélier pour enfoncer un premier portail de fer, donnant sur la rue.

Une foule hurlante et brandissant des gourdins improvisés s'est ruée à l'intérieur, cassant les vitres et les pare-brise des voitures et camions de police, tapant aux portes de blindés protégeant, à l'intérieur de l'enceinte, les locaux de police.

Pendant de longues minutes, ils ont crié et réclamé la libération de leurs camarades arrêtés vendredi lors des heurts qui ont opposé des pro-russes à des supporteurs de football et des partisans d'une Ukraine unie dans le centre-ville.

Ces violences ont entraîné l'incendie criminel du bâtiment des syndicats, dans lequel ont péri une quarantaine de personnes, principalement des pro-russes.

La porte de fer s'est ouverte, un policier à casquette blanc de peur en est sorti et a annoncé, salué par un grondement de plaisir de la foule, que les prisonniers allaient être relâchés.

Peu après le premier jeune homme sort, hilare, poing levé, embrassé par ses amis, porté en triomphe. "Bien joué ! Bien joué ! Héros ! Héros !", crie la foule. En quelque minutes, une douzaine de prisonniers sont élargis sous les vivats, passant entre deux rangées de pro-russes triomphants pour regagner la rue où les attendent d'autres manifestants, aux cris de "Liberté ! Liberté !"

Sous une pluie battante, alors que la cour intérieure étaient peu à peu évacuée, ils étaient en fin d'après-midi encore deux mille dans la rue, entourés de policiers en tenue anti-émeute bloquant les carrefours alentour.

Selon la police locale, 67 personnes arrêtées après les violences de vendredi ont été relâchées après cet assaut, soit la moitié des suspects arrêtés.

mm/neo/plh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!