NOUVELLES
04/05/2014 09:40 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

Nigeria: le président renouvelle les efforts pour secourir les filles enlevées

ABUJA, Nigeria - Le président du Nigeria Goodluck Jonathan a rencontré des responsables de la sécurité, des dirigeants scolaires, ainsi que des responsables gouvernementaux, avant d'ordonner que «tout soit mis en oeuvre» pour libérer 276 jeunes filles enlevées par des extrémistes islamistes, a déclaré dimanche l'un de ses conseillers, dans la foulée d'une colère nationale de plus en plus vive face à la réponse de l'État face à ce rapt à grande échelle.

Lors d'un «dialogue télévisé», dimanche soir, M. Jonathan a dit croire que le pays était en voie de remporter la guerre contre les insurgés islamistes.

Deux attentats à la bombe en trois semaines ayant fait environ 100 morts et plus de 200 blessés à Abuja, la capitale, «ne signifie pas que la situation se dégrade», a dit le président.

Plus de 1500 personnes sont mortes dans les attaques, cette année, comparativement à environ 3600 entre 2010 et 2013. Les attaques à Abuja sont imputées à Boko Haram, un réseau terroriste islamique.

Le président Jonathan dit avoir demandé de l'aide aux États-Unis, mais le président Barack Obama se serait montré réticent en raison des allégations de graves violations des droits de l'homme par les forces de sécurité, qui sont accusées d'avoir procédé à des exécutions sommaires, et la mort en détention de milliers de personnes.

Le secrétaire d'État américain John Kerry a promis de l'aide au cours de la fin de semaine.

«Le kidnapping de centaines d'enfants par le Boko Haram est un crime impensable, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider le gouvernement nigérian à ramener ces jeunes filles chez elles, et pour traîner les coupables en justice», a déclaré M. Kerry lors d'un séjour en Éthiopie.

La rencontre de samedi soir était la première fois où le président Jonathan discutait en compagnie de tous les responsables, y compris le directeur de l'école secondaire où ont été enlevées les jeunes filles lors d'un raid mené avant l'aube, le 15 avril.

La colère des habitants à propos de l'incapacité de retrouver les kidnappées, et des manifestations tenues la semaine dernière dans les principales villes du Nigeria, ainsi qu'à New York, ont poussé le gouvernement Jonathan à l'action, alors que plusieurs voient l'État comme se préoccupant peu du sort des jeunes filles.

Selon ce qu'a indiqué la police la semaine dernière, le nombre total de filles enlevées dépasse les 300, dont 276 sont toujours en captivité. Cinquante-trois élèves auraient réussi à prendre la fuite. Aucune n'a été secourue par l'armée, qui a d'abord affirmé être aux trousses des ravisseurs.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!