NOUVELLES
04/05/2014 12:52 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

MotoGP/Grand Prix d'Espagne - "Il reste beaucoup à améliorer!", affirme Marquez

L'Espagnol Marc Marquez, qui a signé au Grand Prix d'Espagne sa quatrième victoire en autant de courses cette saison a estimé dimanche que "même si tout semblait parfait de l'extérieur, il restait beaucoup de choses à améliorer!".

Q: Centième Grand Prix et 36e victoire. Des chiffres qui doivent affoler vos adversaires. Comme expliquez-vous cette réussite?

R: "En tout cas ce n'est pas la chance! C'est le travail effectué tout l'hiver. Je me sens physiquement très bien. J'ai une bonne moto, une bonne écurie. Le châssis est excellent et convient à mon style de pilotage. Mais il reste beaucoup de choses à améliorer!"

Q: Ce n'est pas l'impression que cela donne!

R: "Vu de l'extérieur certainement mais par exemple, la moto ondule beaucoup. Tout le week-end, le virage N.5 - Sito Pons - m'a causé beaucoup de problèmes. Je dois m'entraîner sur ce type de courbe avec une entrée très fermée et une sortie ouverte."

Q: Certains ont paru surpris de vous voir aux avant-postes dès les premiers mètres alors que vous avez une large avance au Championnat.

R: "Je voulais marquer le rythme d'entrée. Comme le fait si souvent Lorenzo. Il ne faut pas oublier que les tours les plus problématiques sont les premiers et les derniers. En outre, il est difficile de doubler sur ce circuit. Ma stratégie était simple, être le premier ou au maximum le deuxième dès le départ."

Q: Quel était le pilote que vous vouliez surtout mettre à distance?

R: "Dani Pedrosa, mon coéquipier bien sûr. Il est deuxième au Championnat et je savais qu'il roulait vite sur des pneus usés. C'est pourquoi j'ai creusé un écart dès le début. En revanche j'ai été surpris par son importance alors j'en ai rajouté un peu car on ne sait jamais ce qui peut se passer jusqu'au drapeau à damiers."

Q: Une sensation particulière de gagner pour la première fois à Jerez?

R: "Oui. Jusqu'à aujourd'hui c'était difficile pour moi ici. Je pensais que cela tenait au fait que le circuit était plus lent que les autres. En tout cas, cela donne de la confiance. Ici les supporters sont incroyables. Ce n'est pas facile de se concentrer avec toutes ces personnes qui gesticulent et toutes ces bannières. D'ailleurs j'ai remarqué que le '46' de Rossi flottait au vent encore plus que mon '93'!"

Q: Vous avez fait un sans-faute depuis le début de la saison et la reconduction de votre titre mondial semble une formalité pour certains. Comment voyez-vous les choses?

R: "A partir d'aujourd'hui, je dois penser qu'il y a des courses qu'on ne pourra pas gagner. Quand on arrive à ce niveau, on pense qu'on peut tout gagner mais il va falloir commencer à gérer."

Propos recueillis lors d'un Point de Presse.

syd/jgu

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!