NOUVELLES
04/05/2014 05:24 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

Espagne - 36e journée: chute surprise pour l'Atletico, le Real cale

Le Championnat d'Espagne a vécu un nouveau rebondissement improbable dimanche pour la 36e journée avec la défaite contre Levante (2-0) de l'Atletico, leader, à qui le Real Madrid n'a pu grignoter qu'un point face à Valence (2-2) avec une égalisation in extremis de Ronaldo.

La Liga la plus indécise de ces dernières années est loin d'avoir livré son verdict ! Car le match nul concédé sur le fil samedi par le Barça devant Getafe (2-2), qui semblait sonner le glas de ses ambitions, lui a en fait permis de revenir à trois points de l'"Atleti", qu'il affrontera lors de la dernière journée le 18 mai.

Les Catalans (85 points) sont remis en selle à deux matches de la fin mais ils n'ont toutefois pas totalement repris en main leur destin: le Real Madrid (83 points), qui a arraché le nul devant Valence grâce à une somptueuse talonnade de Cristiano Ronaldo, peut toujours les devancer s'il remporte mercredi son match en retard à Valladolid.

L'Atletico Madrid (88 points), pour sa part, est le seul à ne dépendre que de lui-même. Il a néanmoins brûlé son joker sur la pelouse de Levante au terme d'un match marqué par une nouvelle polémique autour du racisme dans les stades espagnols.

Le Sénégalais de Levante Pape Diop, qui a déclaré avoir fait l'objet de cris de singe de la part de supporteurs de l'Atletico, a réagi en fin de match en esquissant quelques pas de danse pour "désamorcer l'affaire", ce qui a été pris comme une provocation par les joueurs madrilènes.

"Cela m'a beaucoup affecté (...) Je ne sais pas si on peut qualifier ça de racisme mais il faut que les cris de singe s'arrêtent", a réagi Diop, une semaine après le jet de banane en direction du Brésilien du FC Barcelone Dani Alves, un geste qui a provoqué une vague d'indignation mondiale.

- 50e but de Ronaldo cette saison -

Sur le plan sportif, l'Atletico a brillé par sa maladresse au stade Ciutat de Valencia. Les "Colchoneros" ont été rapidement menés sur un but contre son camp de Filipe Luis (7) et l'attaquant de Levante David Barral les a ensuite punis en contre-attaque (69).

Leur fin de saison était toute tracée mais elle se complique brusquement puisqu'il faudra peut-être aller gagner au Camp Nou juste avant la finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid le 24 mai à Lisbonne.

"C'est la meilleure chose qui pouvait nous arriver parce que ça nous permet de vivre avec beaucoup d'intensité et d'émotion ces trois semaines", a réagi l'entraîneur "colchonero" Diego Simeone.

Leur adversaire de Lisbonne, le Real, a pour sa part raté une occasion en or dimanche soir.

Face à Valence, le Real a péché dans la finition et a bien failli s'incliner sur des buts du Français Jérémy Mathieu (44) sur corner et de Dani Parejo (65) au bout d'une action collective, alors que Sergio Ramos avait égalisé de la tête (60).

La "Maison blanche" a pourtant multiplié les tentatives mais elle s'est souvent heurtée à l'impérial gardien Diego Alves, avant que Ronaldo, dans le temps additionnel, ne libère le Bernabeu avec son 31e but en Liga cette saison, le 50e toutes compétitions confondues.

"C'est un but très important parce que perdre ce match signifiait perdre la Liga. Nous continuons la lutte, ce but peut être déterminant", a réagi l'entraîneur Carlo Ancelotti, tout en reconnaissant que le Real avait "perdu une opportunité".

Dans les autres matches de la journée, Almeria s'est sorti de la zone de relégation en battant sur le fil (3-2) le Betis Séville, lanterne rouge et déjà relégué.

Quant au FC Séville (5e) et à Villarreal (7e), ils se sont quittés sur un match nul sans but (0-0).

jed/jgu/ade

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!