POLITIQUE
01/05/2014 01:42 EDT | Actualisé 01/07/2014 05:12 EDT

Les conventions collectives ne seront pas rouvertes avant l'échéance en 2015, promet Philippe Couillard

Agence QMI

QUÉBEC - Les centrales syndicales ont reçu l'assurance du premier ministre Philippe Couillard, jeudi, que les conventions collectives ne seront pas rouvertes avant leur échéance en 2015.

La présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, a cependant reconnu que les perspectives sont inquiétantes pour la suite étant donné la situation budgétaire.

La semaine dernière, M. Couillard a annoncé un gel des embauches dans la fonction publique et l'a suggéré dans les sociétés d'État et les réseaux de l'éducation et de la santé. Un comité d'experts a présenté le lendemain un rapport proposant un gel de la masse salariale des employés du gouvernement.

Mme Chabot a rencontré M. Couillard, jeudi, en compagnie de représentants de trois autres centrales syndicales québécoises, à l'occasion de la fête des travailleurs du 1er mai.

Lors d'un échange avec la presse parlementaire, Mme Chabot a déclaré qu'elle a obtenu l'assurance que les hausses salariales, de deux pour cent en avril dernier et d'un pour cent l'an prochain, seront respectées.

«On a parlé des négociations des conventions collectives et (M. Couillard) il nous assuré qu'il n'y aurait pas de réouverture des contrats de travail», a-t-elle dit lors d'un point de presse.

Mme Chabot a affirmé qu'avant d'évoquer un gel, le gouvernement, qui est confronté à un gouffre imprévu de 3,7 milliards $ pour l'exercice en cours, doit réviser les programmes.

«Je pense qu'il faut s'assurer qu'il n'y aura pas d'annonces, de réouverture ou de gel, sans que les programmes soient regardés et sans qu'on soit associé à cette révision, a-t-elle dit. Ce qu'on a compris, c'est que pour la révision des programmes il n'y aura pas de grande annonce sans du moins qu'on s'en fasse parler.»

Alors qu'un nouveau budget est attendu en juin, Mme Chabot a reconnu que la situation financière du gouvernement libéral, qui a maintenu l'objectif de retour à l'équilibre budgétaire au terme de 2015-2016, est difficile.

«Il va y avoir un dépôt de budget d'ici quelques semaines et avec ça on s'attend effectivement, sur le budget, que ce sera serré, a-t-elle dit. On ne s'attend pas à des bonnes nouvelles de ce côté-là.»

Selon la présidente de la CSQ, le document budgétaire permettra d'en savoir plus sur les intentions du gouvernement, notamment concernant la question du gel de la masse salariale.

«Le gel de la masse salariale qui n'est pas écarté, je pense qu'on va voir dans le budget, avec les crédits, c'est ce qu'il nous a dit clairement, a-t-elle dit. Pour nous, d'ici le budget, on n'a pas eu d'annonce formelle de gel, on n'a pas abordé ces questions-là.»

À ses côtés, le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Daniel Boyer, a affirmé que M. Couillard continue de faire preuve de mesure dans son appréciation de la situation.

«M. Couillard nous a aussi dit que la situation des finances publiques était préoccupante mais que ce n'était pas catastrophique, a-t-il dit. Il nous a dit également qu'au dépôt du prochain budget, quelque part en juin ou à la mi-juin, on aurait des indications sur les négociations futures.»

M. Boyer a affirmé que les syndicats maintiennent leur objectif de déposer leurs demandes l'automne prochain, comme la loi le prévoit.

Concernant la révision des programmes, un dossier confié au président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, Mme Chabot a affirmé que les syndicats veulent être consultés.

«On demande d'être consultés sur la question, a-t-elle dit. On demande d'avoir notre mot à dire sur cette révision et c'est un peu ce qu'on a entendu.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les plus grands syndicats du Québec Voyez les images