POLITIQUE
30/04/2014 04:17 EDT | Actualisé 30/04/2014 04:18 EDT

La Ville de Lac-Mégantic et son assureur poursuivent la municipalité de Nantes pour 1,5 M$

AP

Radio-Canada a appris que la Ville de Lac-Mégantic et sa compagnie d'assurances AIG veulent poursuivre la municipalité de Nantes relativement au déraillement de train qui a fait 47 morts, en juillet 2013.

Un texte de Denis-Martin Chabot

« Je me suis posé une sérieuse question : pourquoi ? » — Jacques Breton, maire de Nantes

Le maire de Nantes, Jacques Breton, n'arrive pas à comprendre pourquoi, après tout ce que sa municipalité a fait pour Lac-Mégantic au cours des semaines qui ont suivi la catastrophe, elle fait l'objet d'une poursuite de 1,5 million de dollars.

Il rappelle que Nantes a notamment envoyé ses pompiers et ses équipements au cours du mois qui a suivi le déraillement pour prêter main-forte à leurs collègues de Lac-Mégantic.

Nantes a aussi accueilli le centre d'appel de Lac-Mégantic dans son centre sportif parce que la fibre optique avait été endommagée par le déraillement.

Lorsqu'il a été informé de la poursuite, le 20 décembre dernier, Jacques a demandé des explications à son homologue de Lac-Mégantic, Claudette Roy-Laroche.

« Je lui ai demandé : est-ce que c'est la Ville de Lac-Mégantic qui me poursuit, ou c'est compagnie d'assurance qui me poursuit? Finalement, elle me dit que c'est entre compagnies d'assurances que les procédures se déclenchent », dit-il.

Or, le nom de Lac-Mégantic est bel et bien inscrit comme une des deux demanderesses dans la cause déposée en Cour supérieure.

« Là, je vois un document de même, ça me désole un peu. » — Jacques Breton, maire de Nantes

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, a refusé de nous accorder une entrevue. Un porte-parole de la Ville nous a toutefois expliqué qu'il s'agissait là d'une procédure juridique normale.

Il a précisé qu'en fait, Lac-Mégantic et son assureur se prévalent du délai de prescription de six mois pour intenter une telle poursuite, au cas où une faute ou une négligence serait démontrée de la part des pompiers de Nantes.

Ces derniers ont combattu le feu dans la locomotive du convoi de la MMA, dans les heures qui ont précédé le déraillement de l'été dernier.

Dans le document entièrement rédigé en anglais, déposé en cour, la poursuite allègue que les pompiers de Nantes :

  • n'ont pas complètement éteint le feu;
  • ont quitté la scène sans s'être d'abord assurés que le périmètre était sécuritaire et que le train n'allait pas dérailler;
  • n'ont pas inspecté le train et les équipements adjacents avant de quitter les lieux.
  • Ces allégations ne sont toutefois pas encore prouvées.

À la lumière de notre récent reportage relatant l'intervention des pompiers de Nantes, l'association représentant les chefs de pompiers du Québec estime que Nantes n'a rien à se reprocher.

« À mon avis, ça s'est fait de façon très professionnelle. En tous cas [selon] les conversations téléphoniques qui se sont échangées », affirme le directeur général de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec, Gilles La Madeleine.

Par contre, en raison de la réclamation de Lac-Mégantic et de son assureur, la prime d'assurance de Nantes vient d'augmenter de près de 4000 $.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Explosion d'un train à Lac-Mégantic Voyez les images